"Passeport sanitaire", "certificat de vaccination"… ces termes apparaissent de plus en plus, offrant une solution à la restriction des déplacements. Toutefois, la possible mise en place de tels documents ne va pas sans soulever un certain nombre de questions politiques et éthiques.

Le passeport sanitaire, solution pour vivre avec le virus ?
Le passeport sanitaire, solution pour vivre avec le virus ? © AFP / ANTOINE WDO / HANS LUCAS

Dans un courrier adressé au gouvernement, la députée MoDem Pascale Fontenel-Personne a appelé à la mise en place d’un passeport sanitaire. Dans un contexte d’élongation de la crise sanitaire, il permettrait d’anticiper un retour à la normale grâce une levée progressive des restrictions. A la différence d’un passeport vaccinal, ce certificat s’appuierait sur différents outils : vaccin, mais aussi test sérologique et test PCR de moins de 72h. 

Pourtant, l’exécutif demeure réticent envers ce type de certificat, qu’il concerne les entrées et sorties du pays, ou bien la vie quotidienne en son sein. Le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, considère cette hypothèse "précipitée", alors que moins de 5% de la population française est vaccinée. Mais au-delà de la faisabilité politique d’un tel système, celui-ci  pose des questions éthiques : en termes d’équité et d’accès pour tous à la vaccination, mais aussi de priorisation et de rapport à la liberté individuelle et collective. 

Malgré cela, 62% des Français seraient en faveur de la vaccination obligatoire pour les personnes souhaitant prendre l’avion, selon un sondage Ifop réalisé mi-janvier. 

Se dirige-t-on inéluctablement vers la mise en place d’un certificat sanitaire pour se déplacer, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières ? 

Quelle différence entre passeport et certificat, entre "vaccinal" et "sanitaire" ? 

Avec l’arrivée de nouveaux variants, dans quelle mesure ce type de document sera-t-il réellement efficace ? 

Avec nous pour en parler :

  • Pascale Fontenel-Personne est députée Modem de la Sarthe et co-présidente du groupe Tourisme de l’Assemblée nationale.
  • Catherine Simonin est vice-présidente de la ligue nationale contre le cancer et administratrice de France Assos Santé

Extraits de l'émission ci-dessous

(en cours)

Les invités
  • Pascale Fontenel-PersonneDéputée Modem de la Sarthe, Co-présidente du groupe Tourisme de l’Assemblée nationale
  • Catherine SimoninVice-présidente de la ligue nationale contre le cancer, administratrice de France Assos Santé
L'équipe