On parle dictée, ce soir. Pour certains c’est un souvenir affreux, pour d’autre un bon moyen de remonter sa moyenne. Le ministre de l’Education préconise une dictée quotidienne en primaire. Est-ce un exercice efficace ? A vous les amoureux des mots ou les fâchés du subjonctif, cette émission est faite pour vous !

Le ministre de l'éducation nationale préconise la dictée quotidienne pour maîtriser la langue française
Le ministre de l'éducation nationale préconise la dictée quotidienne pour maîtriser la langue française © AFP / MYCHELE DANIAU

Chacun a son souvenir de la dictée. Pour certains c’était un exercice austère et disqualifiant, pour d’autres un bon moyen de remonter leur moyenne. L’orthographe était une gourmandise pour les uns, un terrible marqueur social pour les autres. 

La dictée est un exercice typiquement français, sans doute parce que le français est atypique et effroyablement, ou joyeusement, compliqué. 

Avant d’être passée par la case ringarde, la dictée est en train de revenir en grâce. Tous les ministres de l’Education, l’actuel en tête, ont voulu la remettre au quotidien. Jean-Michel Blanquer préconise une dictée quotidienne dans les classes de primaire. Il vient d’ailleurs de signer quatre circulaires à cet effet.

En partenariat avec Le 1, cette émission est l’occasion de revenir sur l’histoire et l’utilité pédagogique de la dictée avec Rachid Santaki, journalistes, scénariste, romancier et organisateur de dictées géantes ; et Alain Bentolila, linguiste et professeur à l’université Paris-Descartes

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.