Malgré la volonté de réaction affichée par les gouvernements Européens, les attaques à caractère terroriste se poursuivent.

Manifestation massive sur les Ramblas à Barcelone au lendemain d'un double attentat revendiqué par Daech. Sur la bannière on peut lire "Barcelone unie contre le terrorisme".
Manifestation massive sur les Ramblas à Barcelone au lendemain d'un double attentat revendiqué par Daech. Sur la bannière on peut lire "Barcelone unie contre le terrorisme". © Reuters / Sergio Perez

En attendant le bilan final de l'attaque revendiqué par L'Etat Islamique à Barcelone (qui fait d'ores et déjà état de 14 personnes décédées), et avec un compteur qui affiche déjà un minima de 74 personnes ayant trouvé la mort à cause du terrorisme en Europe, l'année 2017 n'a, pour le moment, pas sonné le glas du djihadisme international. Depuis 2001, le terrorisme a conduit à la mort près de 2400 personnes et fait plus de 8000 blessés sur le continent.

Avant 2014, la plupart des victimes du terrorisme en Europe sont tombées lors du conflit qui opposa la Russie et les factions tchétchènes. À partir de 2014, les principaux commanditaires d'attaques sont des groupes djihadistes. D'abord, Al-Qaida, la nébuleuse crée par Oussama Ben Laden. Elle est la plus active et la plus redoutée des organisations terroristes jusqu'en 2005, date à laquelle s'enclenche son déclin progressif, affaiblie par la guerre contre le terrorisme de Georges W. Bush.

L'organisation, qui a revendiqué l'attentat sanglant de la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015 a toujours de nombreux fidèles. Et souhaite retrouver son hégémonie sur les cendres de l'Etat Islamique, dont les membres sont considérés comme des rivaux. En juin, un message audio d'Hamza Ben Laden, fils d'Oussama, est mis en ligne : il promet l'attaque d'Occidentaux, par "n'importe quel moyen".

Des Etats-Unis au vieux continent

L'Europe est devenue la première cible du terrorisme, comme le furent les Etats-Unis et l’impérialisme en général au début des années 2000. Cette transition est l'œuvre d'un changement de doctrine, établie sous l'impulsion d'Abou Moussab al-Souri.

Cet ancien compagnon de Ben Laden théorise le djihadisme moderne dans un document de 1500 pages et désigne comme nouvelle cible l'Europe Occidentale. Le continent symbolise en effet toutes les interdictions du régime rigoriste de l'Etat Islamique. Et, surtout, de nombreuses communautés musulmanes y sont établies, parfois avec le sentiment profond d'être stigmatisées du fait de leur religion. Abou Moussab al-Souri voit là le terreau idéal pour son "djihadisme de proximité".

Dans son article publié dans Ouest France, Patrick Angevin écrit ainsi :

Le but est de créer, par des attentats, une répression qui radicalisera encore davantage les communautés musulmanes locales, jusqu'à provoquer une guerre civile.

Incertitude aujourd'hui : l'homme est il mort lors d'un raid américain? Croupit-il dans une cellule du régime de Bashar Al-assad? Ou est-il en liberté, en train d'ourdir de nouveaux plans sanglants pour ses adversaires : nous, européens?

Moyens de réaction

L'Europe a bien du mal à s'organiser pour assurer sa défense : la sécurité intérieure relevant toujours de la responsabilité des Etats membres. La première des difficultés est donc la mise en place d'un arsenal législatif valable dans tout les pays. Parmi les outils dont l'UE dispose :

Système d'information Schengen : Un réseau d'informations qui permet aux douanes de chaque pays de disposer d'informations sur des personnes, ou des véhicules recherchés.

Mandat d'arrêt européen : Permet le transfert de personnes accusés d'un pays à l'autre.

Registre des passagers aériens : Adopté en avril 2016, les Etats membres ont deux ans pour transposer le texte dans le droit national. Il s'agit d'un ensemble de données réunies par les compagnies aériennes auxquelles les états ont accès.

Dans le Téléphone Sonne, de 19h20 à 20h, posez vos questions ou réagissez en appelant le standard de l'émission au 01 45 24 7000, ou intervenez sur les réseaux sociaux #telsonne.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.