« C’est une mesure qu’il faut expérimenter » a réaffirmé Emmanuel Macron, « le Président ne veut pas reculer : nous non plus » affirment les automobilistes et motards. La limitation à 80 km/h : une mesure qui a du mal à passer.

Automobilistes et motards manifestaient le week-end dernier contre les 80km/h
Automobilistes et motards manifestaient le week-end dernier contre les 80km/h © AFP / Christophe Estassy / CrowdSpark

Cette histoire de 80 km / h, au fond, c'est comme à chaque fois qu'on parle sécurité routière, c’est comme à chaque fois qu'on prend le volant : on n'est plus les mêmes.

On insulte volontiers le type qui est devant et qui ne sait pas conduire, le type qui est derrière qui vous colle au pare choc : « si je pile, il aura l'air malin ».

Les mêmes qu'on retrouve de vous à moi au feu rouge ou au rond point, 500 mètres plus tard.

La voiture, ça vous change un être humain. A chaque fois qu’on vous parle de changer la voiture : on hurle.

Cette fois-ci ne fait donc pas exception : l'annonce du passage à 80 km / h au lieu de 90 a été faite le 9 janvier. 

Depuis, c'est une manifestation toutes les semaines, les motards encore samedi dernier. 

La sécurité routière, hier, qui rend le dernier rapport d'expert disant qu'elle a raison : il faut rouler moins vite.

Le débat se déplace, on parle de la France urbaine contre la France rurale. Probablement parce qu’on a oublié que la réduction à 70 a été faite l'an dernier sur le périphérique parisien (et qu'elle a provoqué le même genre de réaction).

Faute de réconcilier qui que ce soit, peut-on éduquer mieux ?  Peut-on avoir des limitations à la carte en fonction des lieux, de l'accidentologie. Est-ce que c'est juste une question de ligne droite, ou une question de revêtement ?

Si vous êtes au volant, garez-vous et appelez-nous !

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.