Après la tragique nuit du 14 juillet, François Hollande a lancé un appel à la réserve opérationnelle. En quoi consiste-t-elle ?

 Formation des réservistes sur le terrain militaire de la Bodinière
Formation des réservistes sur le terrain militaire de la Bodinière © PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE/PATRICK LAVAUD

Au lendemain de l’attentat de Nice, le gouvernement a relancé l’idée d’une garde nationale, d’une réserve civile et militaire opérationnelle.

Apparue en 1789, alors que les milices n’étaient composées que de bourgeois spontanément organisés, l’idée de réserve militaire resurgit périodiquement. En 2015, la réserve opérationnelle militaire culminait au nombre de 51 000 entre les réservistes du ministère de la défense et ceux de la gendarmerie. Alors que l’armée de terre compte actuellement 28 000 réservistes, le gouvernement souhaiterait qu’elle en atteigne 40 000 en 2019. Si les effectifs de la gendarmerie restent les mêmes, 63 000 réservistes seront disponibles sur le sol français d’ici trois ans.

La réserve opérationnelle est censée apporter un renfort temporaire aux forces de défense et de sécurité. Cela peut être nécessaire lors d'événements culturels ou sportifs majeurs, par exemple. Après sélection et formation, le ou la réserviste pourra être appelé à aider l’armée pour une dizaine de jours par an. Pendant ce laps de temps, son employeur devra le libérer et ce dernier ne sera pas indemnisé.

Quel est le coût financier d’un tel dispositif ? Qui sont les réservistes ? Comment les former ? Faut-il que la réserve soit attachée au ministère de la Défense ? Pourrait-on envisager qu’elle soit une force civile pour préserver les libertés publiques, une réponse citoyenne à la défense commune comme le préconise Thibaut Poirot, historien spécialiste de l’histoire militaire de la Révolution ? Et vous, réserviste ou déserteur ?

Vos questions et réactions dès 18h au 01 45 24 70 00 et dès maintenant sur le site de l'émission et les réseaux sociaux, Facebook et Twitter, #telsonne

Invités :

Thibaut Poirot - Historien, spécialiste de l'histoire militaire de la Révolution et professeur agrégé d'histoire à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jean-Marie Bockel -  Sénateur UDI du Haut-Rhin, auteur d'un rapport sur la "Garde nationale"

Christian Sommade - Délégué général du Haut Comité Français pour la Défense Civile

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.