Les enquêteurs vont devoir provisoirement se passer d'écoutes téléphoniques.
Les enquêteurs vont devoir provisoirement se passer d'écoutes téléphoniques. © PhotoPQR/L'Alsace

Mieux surveiller pour mieux anticiper les risques terroristes. C’est tout l’objet du projet de loi sur le renseignement qui sera adopté demain en Conseil des ministres.

Alors que la menace terroriste n’a jamais été aussi élevée dans notre pays, que les enquêtes post-attentats de ce début d’année pointent du doigt des défaillances dans la surveillance d’individus qui ont minutieusement préparé leurs actes, le gouvernement entend avant tout doter les services de renseignements d’un cadre juridique stable. En clair : pouvoir faire légalement ce qu’ils faisaient déjà peu ou prou sous le manteau.

Mais il prévoit aussi de renforcer leur boite à outils de « grandes oreilles » . Au-delà des traditionnelles écoutes téléphoniques, SMS ou courriels, les hommes de l’ombre pourront désormais poser des micros, des caméras, installer des logiciels pirates sur des ordinateurs personnels, ou encore intercepter toutes les communications dans un périmètre donné. La vraie nouveauté, c’est que toutes ces actions se feront sur simple autorisation administrative sans plus passer par la case justice .

Alors Big Brother is watching you, au nom de la lutte antiterrroriste ? Pas du tout, se défend le gouvernement qui met en avant le contrôle strict des actions autorisées, ainsi que les éventuels recours pour les citoyens.

Que pensez-vous de ces nouvelles dispositions ? Estimez-vous qu’elles vont dans le sens de plus d’efficacité ou craignez-vous d’éventuelles atteintes aux libertés publiques ou privées ? Vous inquiétez-vous pour le secret de vos correspondances ou conversations ?

Vos questions au 0145247000, et sur les réseaux sociaux, Franceinter.fr, facebook et sur twitter #telsonne

Invités :

Charles Prats, magistrat. Ancien inspecteur à la Direction nationale du Renseignement et des enquêtes douanières

.

Xavier Nogueras , avocat pénaliste. Il a notamment défendu des candidats au Jihad.

Nathalie Hernandez, spécialiste des questions de police et de justice sur France Inter.

Pour aller plus loin

La loi qui dope le renseignement, une dépêche de Nathalie Hernandez sur le site de France Inter.

Une analyse du projet de loi sur le site Nextinpact.

Les critiques de la CNIL au sujet du projet de loi.

Photo en page d'accueil : Corbis.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.