La percée historique des verts aux élections municipales et la crise sanitaire ont souligné la nécessité de construire les bases du "monde d'après" autour des impératifs écologiques. Projet central de l'ensemble des partis de gauche, la défense de l'environnement mènera-t-elle à une convergence des luttes ?

Les discussions autour d'une possible alliance des pôles verts, socialistes et insoumis se sont accélérées ces derniers mois.

Dans un contexte post-confinement propice à la mise en avant des réflexions environnementales et sociétales, certains représentants souhaitent faire émerger un "bloc de gauche" autour d'une perspective commune : la transition écologique. 

Le secrétaire national d'Europe Ecologie Les Verts (EELV) Julien Bayou avait par exemple proposé d'organiser des universités d'été  - nommées les "universités du monde d'après"-  rassemblant l'ensemble des partis et syndicats de gauche.  Face à la difficulté d'unir les différents groupes, l'idée a cependant été avortée.

"Si chaque organisation y va de sa propre proposition, le risque est grand que le monde d’après ressemble furieusement au monde d’avant, voire pire. A contrario, si nous arrivons à identifier quelques points majeurs et prioritaires de convergence (…) alors nous nous donnons une chance de faire triompher nos idées pour qu’elles soient enfin mises en œuvre. » - Lettre des dirigeants d'ELLV adressée aux autres forces écologiques.  

La perspective des élections présidentielles de 2022 représente aussi un enjeu de taille :  le modèle actuel d'une gauche plurielle sera-t-il conservé ?

Laissera-t-il place à des alliances électorales susceptibles de porter la gauche au pouvoir ?   

Toutes vos questions au 0145247000, par mail ou sur l'application "réagir de France Inter. 

Les invités
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.