Après le refus de l’Italie, les 629 passagers de l’Aquarius ont débarqué en Espagne. Une majorité de Français estime que le gouvernement a fait le bon choix de ne pas accueillir le navire. Doit-on et peut-on accueillir d’autres Aquarius ?

Les 630 migrants du navire humanitaire Aquarius sont finalement arrivés à Valence en Espagne dimanche
Les 630 migrants du navire humanitaire Aquarius sont finalement arrivés à Valence en Espagne dimanche © AFP / Pau Barrena

Il y aura d’autres Aquarius, il y a déjà d’autres Aquarius

Sea-Watch 3 a regagné Malte pour escale, les dernières positions connues du Seefuchs et du Lifeline sont toujours au large des Lybiennes. Et pendant que les tribulations de l’Aquarius retenaient toute notre attention, vous noterez que des migrants ont bien débarqué dans le port de Catane.

Il y aura d’autres Aquarius, il y a déjà d’autres Aquarius, alors quoi ? 

Doit-on accueillir ces bateaux chez nous ? Peut-on accueillir ces bateaux sans risquer une situation politique intenable ? Les structures, l’intendance, comment peut-on accueillir ces femmes et ces hommes ? 

Essayons d’y réfléchir calmement

Si ce n’est pas une question d’argent, de quoi s’agit-il ? Peut-on réellement discuter de ces sujets, en France, sans nous enfoncer dans un clivage irrémédiable ? Que faut-il dire de l’opinion qui approuve Emmanuel Macron quand il dit non à l’Aquarius ? Si ce n’est qu’il atteste d’un décalage générationnel. Sans parler du clivage européen dont nous savons déjà que nous nous sortirons très difficilement les 28 et 29 juin prochain. Même si la solution est surement là, dans le collectif. 

Chez nous, le Senat revisite une partie de la loi asile et immigration à partir d’aujourd’hui qui veut en faire plus sur les expulsions et sur l’intégration.

Que fait-on avec le prochain Aquarius et les suivants encore ? On en parle ensemble. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.