C’est un “jour historique pour l’Europe !” a annoncé ce matin Emmanuel Macron. Après plus de quatre jours de négociations à Bruxelles, les dirigeants européens ont enfin trouvé un accord pour amorcer le plan de relance européen post-coronavirus.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron après leur conférence de presse conjointe par vidéo à la fin du sommet européen au siège de l’UE à Bruxelles, 21 juillet 2020
La chancelière allemande Angela Merkel et le président Emmanuel Macron après leur conférence de presse conjointe par vidéo à la fin du sommet européen au siège de l’UE à Bruxelles, 21 juillet 2020 © AFP / JOHN THYS / POOL

Destiné à faire repartir l’économie de l’Union européenne après la crise sanitaire, les 27 pays concernés se sont entendus sur un budget de 750 milliards d’euros qui sera financé par un emprunt commun. 

La “magie européenne” relancée ? 

“Nous avons fait la démonstration que la magie européenne fonctionne, que quand nous pensons que c’est impossible, il y a le ressort, grâce au respect mutuel et à la capacité de faire face en étant unis, au delà des différences”.   Charles Michel - président du conseil européen

De nombreux responsables européens expriment aujourd’hui leur soulagement et leur enthousiasme concernant cet accord “historique”. 

La chancelière Allemande Angela Merkel salue une “réponse à la plus grande crise de l’Union depuis sa création” tandis que le président du conseil des ministres italien Giuseppe Conte se réjouit d’un “excellent signal de Bruxelles”. 

Du côté français, les réactions sont plus contrastées. 

François Hollande déclare que ce plan “marque un progrès majeur dans la solidarité des 27” et l’ancien premier ministre Jean Pierre Raffarin célèbre “la force du réveil européen”. 

Le porte parole du gouvernement Gabriel Attal célèbre même un “pas de géant dans la construction européenne” tandis que le ministre de l’économie Bruno Le Maire parle ni plus ni moins d’un acte de naissance d’une Europe plus solidaire, plus verte et plus Franco- Allemande. 

Ébranlée par de nombreuses crises sociales, politiques et économiques ces dernières années, l’Union Européenne se verra-t-elle enfin consolidée par cet accord ? 

Une nouvelle étape pour l’harmonie européenne est-elle franchie ?

L’opposition ne partage pas cet enthousiasme. 

Marine Le Pen par exemple, dénonce “_le pire accord pour la France de toute l’histoire de l’UE”, et J_ean Luc Mélenchon accuse Emmanuel Macron d’avoir “tout cédé aux pays radins”.

La France recevra un financement de 40 milliards d’euros 

“Grâce à la solidarité européenne, nous allons changer la vie de nos concitoyens”  - Emmanuel Macron à Bruxelles

Le plan de relance français, dont le montant annoncé s’élève à plus de 100 milliards d’euros, recevra une subvention européenne de 40 milliards d’euros. 

Bruno Le Maire présentera la finalisation de ce projet au conseil des ministres de la rentrée, le 24 août prochain. 

L’accord acté à Bruxelles prévoit aussi de consacrer 30% de ce plan à la transition écologique, ce qui rejoint les aspirations de l’exécutif d’en faire une priorité de la fin du quinquennat. 

La France prendra d’ailleurs la présidence tournante de l’Union Européenne à partir du 1er janvier 2022. 

Le plan de relance de l’Union sera-t-il suffisant pour faire face aux retombées économiques de l’épidémie ? 

Quel impact aura-t-il sur les conditions de vie des français après la crise ? 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.