Tandis que nous serions de plus en plus mauvais à l’écrit, Le Téléphone sonne prend la plume et révise ses fondamentaux pour faire la lumière sur notre rapport à notre langue.

Selon le baromètre du Projet Voltaire, service en ligne de remise à niveau en orthographe, en la matière, tout se joue très tôt… mais il n’est jamais trop tard pour se parfaire en orthographe. Vraiment ?

Il semble en effet que les français soient plutôt fâchés avec le maniement de la langue française, orthographe comme grammaire. Certes nous écrivons beaucoup, mais en faisant de plus en plus de fautes : toujours d’après le projet Voltaire, notre niveau baisse, et ce, quel que soit notre âge. Car si en 2010, les 5 000 utilisateurs de leur plateforme maîtrisaient 51% des 84 règles de référence, aujourd'hui, sur 85.000, ce pourcentage est tombé à 45%.

Des chiffres moroses à l’heure où le numérique place l’écrit au cœur de nos échanges : chats, emails, réseaux sociaux… nous n’avons jamais autant écrit que depuis l’arrivée du web, tant dans nos vies personnelle que professionnelle. Car écorcher la langue de Molière, quand on candidate à un poste, peut être un frein à l’embauche. Signe d’un manque de rigueur ou de motivation pour les recruteurs, un curriculum vitae truffé de fautes et c’est votre candidature qui est rejetée.

Aussi, quand notre niveau n’est pas à la hauteur, c’est la crainte des moqueries et de la stigmatisation qui se manifeste. Ce qui pose alors la question des inégalités sociales, que notre maîtrise plus ou moins défaillante en orthographe peut venir creuser. 

Mais comment s’améliorer ? Renforcer la pratique de la dictée comme le préconisait le ministre de l’Education nationale Michel Blanquer la rentrée dernière : une manière de redresser le niveau des élèves en orthographe dès le CP, mais quid de ceux qui ont quitté les bancs de l’école ?

Les réformes de l’orthographe ont commencé dès le XVIe siècle en France, mais c’est la rectification opérée en 1990, puis la réforme de 2016, qui ont ajouté du grain à moudre à la langue française : entre nouvelles façons d’écrire le mot oignon (avec ou sans i-) et autres alternatives aux accents, en passant par l’écriture inclusive, il y a ce paradoxe d’une simplification de la langue française pour faciliter son apprentissage tout en voulant suivre sa constante évolution. Ainsi, pas facile de s’y retrouver.

Des solutions existent : stages de remise à niveau, dictées géantes, applications ludiques d’apprentissage de la langue… apprendre et réapprendre l’orthographe passe aussi par les manières de le faire. La faute n’est donc pas une maladie incurable : avec de la volonté, elle peut se soigner.

Comment redonner le goût de l’écriture ? Peut-on s’améliorer à tout âge en orthographe ?

Si le niveau baisse, est-ce le cas pour tout le monde ?

Manier correctement la grammaire, est-ce plus facile à dire qu’à faire ? 

Finalement, comment nous réconcilier avec la langue française ? 

Vos témoignages et vos questions au 01 45 24 7000 (à partir de 18h) et par mail à telsonne@radiofrance.com 

Intervenez aussi sur l'application France Inter et sur Twitter avec #TelSonne.

Nos invités : 

Rachid Santaki, Journaliste, romancier, fondateur et organisateur de La Dictée Géante. 

Estelle Roquetanière, Membre du Comité d'experts et formatrice en orthographe et en grammaire pour le Projet Voltaire.

Les invités
  • Estelle RoquetanièreMembre du Comité d'experts et formatrice en orthographe et en grammaire pour le Projet Voltaire.
  • Rachid SantakiJournaliste, romancier, fondateur et organisateur de La Dictée Géante
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.