Le réseau social est accusé de ne pas suffisamment protéger les informations personnelles de ses membres après le sandale autour de l’utilisation des données de millions de personnes par la firme Cambridge Analytica. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, s'est excusé et promet une plus grande protection.

Facebook
Facebook © Getty / Thomas Trutschel

Nous avons tous collectivement trouvé ça d'abord ludique, les réseaux sociaux et facebook en tête, puisque tout de suite, il a séduit la planète entière. 

On y trouve des amis, on y raconte des petites banalités de la vie, on y partage des photos, des opinions, des liens..

Et puis, on nous a parlé des algorithmes qui vous connaissent mieux que vous-mêmes, des pubs ciblées dès que vous allez sur un site ou un autre. Bref, nous avons fini par réaliser que nous laissions des petits bouts de nous-mêmes sans trop savoir où mais que d'autres savaient s'en servir.

A un moment ou à un autre, nous sommes devenus des fichés volontaires, et aujourd'hui, tout cela prend des proportions énormes avec une accélération vertigineuse ces derniers mois. Les fake news, la campagne américaine, l'ingérence russe. Facebook et les réseaux sociaux sont devenus utiles au fil du temps bien sûr, mais aussi dangereux. 

L'impact politique est là, l'influence donc la propagande. Et des geeks à grande échelle plus malins que les autres qui savent très bien détourner le réseau social de son but, l'utiliser à d’autres fins, c'est bien ce qui se passe avec Cambridge Analytique.

Alors est-ce que Facebook maîtrise encore  le monstre tentaculaire qu'il a crée ? Est-ce que ça veut dire que la seule issue c'est partir, quitter le réseau ou peut-on leur tordre le bras et en faire un outil ludique, pratique et utile?

Sommes-nous condamnés à lâcher nos données personnelles ? 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.