Entre lassitude des Français et appel à l’aide des soignants, le gouvernement a tranché jeudi dernier pour l’adoption d'une "troisième voie". Confiner en autorisant les sorties, appliquer des restrictions dans certains territoires uniquement… Les décisions de l’exécutif sont avant tout des mesures de compromis.

Le pari du dernier confinement ?
Le pari du dernier confinement ? © Getty / cihatatceken

« Freiner sans enfermer », telle a été l’expression choisie par le Premier ministre Jean Castex pour qualifier les nouvelles restrictions qui s’appliquent désormais à 16 départements, et que le gouvernement rechigne à qualifier de troisième confinement. Il ne s’agit pas réellement d'un reconfinement puisqu’on « n'empêche pas les Français de sortir », selon Olivier Véran. L’exécutif espère que ces quatre semaines sous cloche dans les territoires les plus touchés par l’épidémie permettront de ralentir le rythme d’hospitalisations et d’admissions en réanimation des malades. Et de tenir jusqu’à mi-avril, date à laquelle 10 millions de personnes devraient être vaccinées. 

Si cet objectif est simple, les modalités de ces nouvelles restrictions et leur calendrier interrogent. D’un côté, 35% des Français disent ne plus supporter les contraintes imposées par la situation sanitaire, selon un récent sondage réalisé par Odoxa. De l’autre, les soignants tirent la sonnette d'alarme depuis plusieurs semaines pour dénoncer la surcharge des hôpitaux et le manque de décisions strictes pour y pallier. Les élus locaux, quant à eux, questionnent un agenda tardif et une mauvaise adaptation des mesures aux territoires auxquels elles s’appliquent. Un ensemble de réticences que la cacophonie liée à l’instauration de nouvelles attestations de sorties ce week-end a contribué à alimenter. 

  • Quel est l’objectif du gouvernement via la mise en place de mesures territorialisées ? 
  • Quatre semaines de restrictions dans 16 départements permettent-elles d’espérer un progressif retour à la normale mi-avril ? 
  • Les mesures adoptées jeudi dernier permettront-elles de désengorger les hôpitaux et ralentir l’épidémie ?  

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Avec nous pour en parler

  • Françoise Fressoz est éditorialiste au quotidien "Le Monde".
  • Jérôme Fourquet est politologue et directeur du département Opinion à l'Ifop. Il est l'auteur de L'archipel français, publié au Seuil en 2019. 
Les invités
L'équipe