Les inscriptions sur Parcoursup ont commencé hier. Elles permettent à 900 000 futurs bacheliers de s’inscrire dans l’enseignement supérieur. Alors pour choisir ses vœux, c'est maintenant. Comment la plateforme, qui s'ouvre pour sa troisième année, fonctionne-t-elle exactement ?

La plateforme Parcoursup a ouvert ce mercredi. Les lyceens peuvent formuler leurs vœux pour l'an prochain
La plateforme Parcoursup a ouvert ce mercredi. Les lyceens peuvent formuler leurs vœux pour l'an prochain © AFP / LILIAN CAZABET / HANS LUCAS

Le premier round, constitué de la phase d’inscription qui a ouvert mercredi, se terminera le 12 mars prochain. Un mois et demi pour que les élèves formulent leurs vœux, jusque dix maximum, parmi les 15 000 établissements présents sur la plateforme. Avec ce système, nul besoin de classer les formations - un jeu de stratège, auparavant source de casse-têtes pour nombre de lycéens. 

Par ailleurs, Parcoursup se veut égalitaire, en supprimant le tirage au sort en vigueur sous APB pour les parcours non-sélectifs ; désormais, tous les dossiers sont examinés - résultats scolaires et motivations inclus. L'objectif : ne plus laisser les parcours post-bac aux mains du hasard.

Les sociologues pointent pourtant du doigt les inégalités (re)produites par un système où le projet d’orientation doit être construit très en amont, dès le début du lycée. Or tous les étudiants, selon leur milieu social, leur établissement, n’ont pas les mêmes outils et les mêmes chances pour s’informer… 

Une réalité qui ne ferait qu’aggraver les taux d’échec à bac 1, avec des élèves qui se retrouvent dans des formations inadaptées ou d’un niveau d'exigence trop élevé. 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter - 01 45 24 7000 -, sur l'application France Inter et par email à l'adresse telsonne@radiofrance.com

Le système fonctionne-t-il correctement ? Est-il efficace, et équitable ? 

Comment formuler au mieux ses vœux, sans se tromper ? 

Comment faire lorsque l'on veut faire une année de césure ? Ou lorsqu'on veut postuler à Paris, alors que l'on vient d'une autre région ? 

Les invités
  • Agnès Van ZantenSociologue, directrice de recherche au CNRS. Spécialiste des politiques éducatives
  • Jérôme TeillardChef de projet en charge de Parcoursup au ministère de l’Enseignement supérieur
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.