Alors que l’Anses vient de publier une étude sur les conséquences sanitaires de l'exposition aux particules fines, Le Téléphone sonne se penche sur la pollution de l’air.

Comment lutter efficacement contre la pollution de l'air ?
Comment lutter efficacement contre la pollution de l'air ? © Getty / seksan Mongkhonkhamsao

48 000 : selon Santé Publique France, c’est le nombre de morts prématurées enregistré dans l’Hexagone. En cause : une exposition à certains polluants présents dans l’atmosphère. Entre rapports de l’OMS, de Santé Publique France ou des observatoires régionaux de santé, l’effet néfaste de ces microparticules sur notre organisme n'est plus à démontrer. 

Et quand c’est au tour de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de sonner la sonnette d’alarme, il y a de quoi encore s’inquiéter. Dans son rapport rendu mi-juillet, l’Agence alerte sur les dangers de nouvelles particules : carbone-suie, carbone organique et les particules ultra-fines.

Risque de cancers, effets aux niveaux respiratoire et cardiovasculaire, impact sur le développement cognitif des enfants… voilà les dangers récemment démasqués que nous font encourir ces polluants. Et leurs sources sont multiples, les moteurs des véhicules Diesel en première ligne.

Comment faire pour préserver notre santé dans un environnement de plus en plus pollué ? 

Quelles mesures faut-il mettre en place afin de diminuer les émissions de particules ?

Dans certaines métropoles, avec les circulations alternées ou différenciées, les vignettes Crit’Air pour empêcher les véhicules les plus polluants de rouler, des solutions existent déjà. Mais sont-elles vraiment efficaces pour lutter contre la pollution ? 

Et si les villes semblent être les premières concernées, que dire de la pollution ambiante sur l’ensemble du territoire ? Peut-on espérer parvenir à une diminution de particules pour améliorer durablement la qualité de l'air ?

Lire aussi | La recherche le confirme : les particules ultra fines nuisent bien (et gravement) à la santé 

Nos invités

Guillaume Boulanger, responsable adjoint de l’unité en charge des risques liés à l’air à l’ANSES.

Jean-Luc Fugit, député LREM du Rhône, président du Conseil national de l’air.

Pierre Chasseray, délégué Général de l'association 40 Millions d'automobilistes.

Les invités
  • Guillaume BoulangerResponsable adjoint de l’unité en charge des risques liés à l’air à l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail)
  • Jean-Luc FugitDéputé LREM du Rhône, président du Conseil national de l’air.
  • Pierre ChasserayDélégué général de l'association 40 millions d'automobilistes
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.