Suite aux revendications de lycéennes sur les réseaux sociaux pour pouvoir porter les tenues qu'elles souhaitent, Jean-Michel Blanquer avait assuré qu'il fallait porter à l'école une "tenue républicaine". Le port de la "tenue correcte" à l'école cacherait-il un malaise sexiste et générationnel ?

Au cours des dernières semaines, les hashtags #Lundi14Septembre et #Balancetonbahut sur les réseaux sociaux ont revendiqué le droit pour les lycéennes et collégiennes de porter les tenues qu'elles veulent dans leurs établissements scolaires sans être sexualisées.

Suite à ces polémiques, Jean-Michel Blanquer avait préconisé le port d'une tenue "républicaine", là où d'autres personnalités politiques parlaient de "tenue correcte", de "tenue normale" tout ayant recours au "bon sens". Si, en effet, les établissements scolaires ont la possibilité d'interdire des tenues provocantes, le flou juridique autour de cette notion cristallise les malaises. 

Derrière ces propos et ces injonctions, beaucoup ont dénoncé le sexisme latent, la constante sexualisation des corps féminins et le contrôle différencié des corps, notamment par le fait que l'on reproche beaucoup plus aux femmes qu'aux hommes leurs tenues. Par ailleurs, un problème générationnel pourrait également être mis en évidence, et certains insistent sur l'importance pour les jeunes de profiter de leur liberté vestimentaire. 

Pour en parler avec vous et pour répondre à vos questions, nous sommes aujourd'hui avec Marie-Rose Moro, Pédopsychiatre et directrice de la Maison de Solenn à l’hôpital Cochin, qui a notamment écrit Et si nous aimions nos ados ? (2017, Bayard), et Céline Piques, porte-parole d'Osez le féminisme

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.