Demain sort un deuxième album posthume de Johnny Halliday. Il y avait déjà eu le roman inédit de Françoise Sagan, l’hologramme de Maria Callas à Pleyel… Faire revivre les idoles défuntes, c’est tentant, et ça a un succès fou. Mais est-ce bien raisonnable ?

Un album posthume de Johnny Hallyday parait. Mais est-ce raisonnable de ressusciter les artistes ?
Un album posthume de Johnny Hallyday parait. Mais est-ce raisonnable de ressusciter les artistes ? © Getty / Axelle/Bauer-Griffin

« Johnny comme vous ne l’avez jamais entendu ». C’est la promesse de l’album qui sort demain, très attendu par les fans. Pourtant il s’agit de titres que l’on connaît tous, réarrangés avec un orchestre symphonique. Après l’album, il y aura aussi la projection d’un film sur le rockeur, des concerts hommages et une encyclopédie.

Chanteurs ou écrivains, les idoles du passé sont partout, preuve d’une ferveur et d’une nostalgie intactes

Les salles de concert avec hologrammes de stars affichent complet, les livres posthumes font des ventes record. Maisons d’édition et de disques s’arrachent les droits des titres, dans ce business fructueux. 

Car ces stars ont un point commun : Prince, Michael Jackson ou Elvis Presley rapportent encore plus maintenant que de leur vivant… Le chanteur de Thriller a par exemple généré plus d’1 milliard de dollars de ventes depuis son décès, en 2009.

Est-ce vraiment prolonger l’œuvre des artistes que de continuer à les faire vivre ? Sommes-nous bien sûrs de respecter leur volonté et leurs choix en capitalisant sur leurs œuvres, y compris celles qu’ils ne voulaient pas voir publiées ?

Le dernier roman publié de Sagan, Les quatre coins du cœur, était inachevé… Aurait-elle voulu le voir entre nos mains ? Et Johnny, qu’est-ce qu’il en aurait pensé, des reprises de ses tubes ?

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de France Inter - 0145247000 - et à l'adresse e-mail telsonne@radiofrance.com

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.