Après les mesures sanitaires annoncées hier soir, la colère gronde contre des décisions venues "d'en haut" qui témoignent, pour certains, d'un manque de concertation. En parallèle, ces mesures sont perçues comme prises "à vue" et plus fondées sur des critères d'acceptabilité que sur une véritable stratégie sanitaire...

Hier soir, Olivier Véran a annoncé dans un point de situation de nouvelles mesures pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, avec notamment une nouvelle cartographie des régions en fonction du taux d'incidence du virus. Suivant cette cartographique, des restrictions parfois importantes ont été mises en place, telles que la fermeture totale des bars et restaurants pendant deux semaines à Aix-Marseille. 

Ces mesures agacent profondément les élus locaux et les représentants de régions, qui dénoncent des décisions unilatérales prises sans réelles concertation, qui iraient à l'encontre du semblant de décentralisation qui avait été amorcé il y a quelques semaines. 

Par ailleurs, certains voient dans ces annonces une preuve supplémentaire que le gouvernement "navigue à vue" dans sa gestion de l'épidémie, avec des prises de décision qui non seulement n'incluent pas vraiment de représentants de la société civile, mais qui en plus semblent se fonder plutôt sur des critères d'acceptabilité que sur une réelle stratégie sanitaire pour endiguer l'épidémie

Que pensez-vous des mesures qui ont été annoncées hier ? 

Pour en parler avec vous et pour répondre à vos questions, nous sommes aujourd'hui avec Karine Lacombe, infectiologue à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, et Gaël Sliman, président de l'institut de sondages Odoxa.

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Les invités
  • Karine LacombeInfectiologue et cheffe de service à l'hôpital Saint-Antoine à Paris
  • Gaël SlimanPrésident et cofondateur de l’institut de sondages Odoxa
L'équipe