Deux meurtres d’adolescents en deux jours d’intervalle en Essonne jettent la lumière sur un phénomène en hausse : les rixes entre bandes de jeunes, en particulier en Ile-de-France. Des actes perpétrés par des individus de plus en plus jeunes et dont les réseaux sociaux sont les catalyseurs.

En début de semaine, deux meurtres d’adolescents ont eu lieu dans le département de l’Essonne : celui d’une collégienne, décédée lundi des suites d’un coup de couteau après avoir tenté de s’interposer entre deux bandes rivales prêtes à se battre, et celui d’un adolescent de 13 ans, poignardé mardi après-midi lors d’une rixe dans une autre ville du département. Ces événements font écho au tabassage du jeune Yuriy dans le 15e arrondissement de Paris en janvier dernier par un groupe de jeunes, dont la vidéo avait largement été diffusée sur les réseaux sociaux. 

La violence entre bandes de jeunes est-elle en hausse ? C’est ce que semblent démontrer les chiffres : 357 affrontements de ce type ont eu lieu en France l’année dernière, dont 80% en Ile-de-France. Cela représenterait une hausse de 24% par rapport à l’année 2019. Les rixes ont non seulement augmenté en nombre mais aussi en « intensité et en gravité» affirme Éric Jalon, préfet de l’Essonne, le département le plus touché par ces violences. Une tendance qui serait renforcée par les restrictions sanitaires, lesquelles participent à un sentiment de mal-être chez les jeunes. 

  • Comment expliquer l’augmentation des actes violents, perpétrés par des individus de plus en plus jeunes ? 
  • La loi est-elle adaptée pour répondre aux actes d’agression commis par des mineurs
  • Quel est l’impact de la crise sanitaire sur les phénomènes de brutalité entre bandes de jeunes ? 
  • Comment endiguer cette violence ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Avec nous pour en parler 

  • Marwan Mohammed est sociologue, chargé de recherche au CNRS et spécialiste des bandes de jeunes.
  • Cécile Mamelin est ancienne juge des enfants, actuellement juge aux affaires familiales et vice-présidente de l'Union syndicale des magistrats.
  • Emmanuel Leclère est journaliste au service Enquêtes et Justice de France Inter.
Les invités
L'équipe