Depuis quelques jours, c'est l'escalade dans le conflit qui oppose les taxis à Uber, le leader des applications de véhicule de tourisme. Quels sont les arguments des uns et des autres ? Comment régler cette opposition ? Vos qestions et réactions dès maintenant .

Manif contre les taxis clandestins
Manif contre les taxis clandestins © Radio France / Quentin Dickinson

Des scènes dignes du far-west , avec des cow-boys qui attaquent des peaux rouges, plus de diligences, on a changé de véhicules. Et la bagarre ne se joue plus que sur les routes, mais la bataille de la com se déroule aussi sur les réseaux sociaux, où s’échangent des noms d’oiseaux en 140 caractères entre les partisans des uns et des autres! Des noms d’oiseaux, et quelques traits d’humour, sur twitter notamment avec ceux qui réclament à cors et à cri le retour de l’ex pdg de l’INA Agnès Saal pour régler la crise…des taxis bien sûr !

Taxis contre VTC, taxis contre Uberpop surtout : la guerre est déclarée…et depuis quelques jours elle fait rage ; après la bataille législative, après la bataille judiciaire qui n’est pas terminée, elle se joue désormais dans la rue, parfois avec violence et agressions physiques de la part des chauffeurs de taxis contre les chauffeurs d’Uberpop. Des incidents ont d’ailleurs émaillé cette première journée d’appel à la grève des syndicats de taxi qui dénoncent donc la concurrence déloyale et illégale de ces chauffeurs occasionnels, sans charge, sans frais, sans foi ni loi.

Accusé de laisser faire, le gouvernement hausse le ton depuis quelques jours ; à la mi journée le ministre de l’Intérieur annonce un arrêté interdisant Uberpop à Paris. Pas suffisant semble-t-il pour calmer les esprits, les taxis réclament la désactivation de l’application Uberpop.

Alors de quoi s’agit-il ? D’une bataille entre une vieille économie, monopolistique et l’avènement d’un monde sans règle ? D’un combat d’arrière garde d’une profession qui a creusé sa tombe en refusant d’évoluer ? D’un coup de butoir des tenants d’un moins disant social érigé en modèle économique, ou d’une économie collaborative qui donne sa chance à tous, pour le plus grand bonheur des usagers ? Et les pouvoirs publics dans tout ça, que doivent-ils faire, faire respecter la loi ou la faire évoluer ?

Vos questions au 01 45 24 7000 et sur les réseaux sociaux Franceinter.fr, facebook et sur twitter #telsonne

Invités :

- Thibaut Symphal, Directeur Général France d’über

-

- Sandra Hoibian , chercheuse et directrice du Pole Évaluation et Société au CREDOC, (Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des conditions de vie.) Cosignataire notamment de Société Collaborative ; l’argent d’abord, le partage aussi __ et de La société collaborative, mythe et réalité .

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.