Après la remise du plan Borloo le mois dernier, le chef de l’Etat a présenté mardi ses mesures pour les banlieues. Le rapport préconisait 48 milliards d’euros d’investissement, « Il n’y aura pas de nouveau plan Marshall » a affirmé le président. Quelle politique de la ville pour Emmanuel Macron ? On en parle.

Le président français Emmanuel Macron  lors de la présentation du plan de bataille du gouvernement français pour les zones les plus défavorisées du pays, le 22 mai 2018 à Paris.
Le président français Emmanuel Macron lors de la présentation du plan de bataille du gouvernement français pour les zones les plus défavorisées du pays, le 22 mai 2018 à Paris. © AFP / Ludovic Marin

600 invités sous les ors de la salle des fêtes de l’Elysée, Emmanuel Macron a présenté mardi ses mesures concernant les banlieues

Le discours du chef de l’Etat, mardi, était attendu. C’était pour lui l’occasion de dire ce qu’il retenait des propositions de Jean-Louis Borloo concernant les banlieues. 

Le décor était posé lorsqu’Emmanuel Macron affirme que « deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent l’un, un rapport, l’autre disant On m’a remis un plan … Cela ne marche plus comme ça ! »

Dans son rapport, Jean-Louis Borloo préconise un investissement de 48 milliards d’euros ; principalement dans l’éducation, les moyens des communes, l’emploi ou encore dans la vie associative. 

Le président de la République a annoncé ne pas vouloir d’un « énième plan banlieue », expliquant qu’il est inutile de menée une politique de la ville façon ancien monde, c’est-à-dire à coup d’enveloppes budgétaires. 

On en parle avec Sylvie Thomassin, maire PS de Bondy, Mehdi Bouteghmès, membre du « Collectif citoyen », Claire Chaudière, journaliste à France Inter au service économique et social et Renaud Epstein, maître de conférences en sciences politiques à Sciences Po Saint-Germain-en-Laye

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.