La loi PACTE entrera en vigueur au mois de novembre, et avec elle débutera la privatisation de la Française des Jeux. D’ici quelques semaines, il sera donc possible pour les particuliers d’acquérir des actions de l’entreprise, dont l’Etat a longtemps été actionnaire majoritaire…

Logo de "La Française des Jeux". Faut-il songer à sa privatisation ?
Logo de "La Française des Jeux". Faut-il songer à sa privatisation ? © AFP / JACQUES DEMARTHON

La Française des Jeux, cela représente 25 millions de joueurs, qui misent 15 milliards d’euros chaque année. L’entreprise a été créée il y a près d’un siècle par des associations d’anciens combattants et jusqu’à aujourd’hui, l’Etat contrôlait 72% de son capital.  

Avec la loi PACTE, qui entrera en vigueur le 7 novembre, tout change : les pouvoirs publics deviendront actionnaire minoritaire, à hauteur de 20% du capital. Cela devrait permettre à l’entreprise, en situation de monopole en France, d’étendre son réseau de vente et son influence mondiale, et d’augmenter son chiffre d’affaires.

L’argent récolté par la privatisation sera reversé à un fonds pour l’innovation. En parallèle sera créée une Autorité Nationale des Jeux (ANJ), destinée à mieux protéger les personnes vulnérables – joueurs sujets à une addiction, mineurs...

Le gouvernement parle de « privatisation populaire » et incite les Français à y participer largement. Les particuliers pourront acquérir des actions à un prix modéré, et on promet une politique de dividende attractive. Pour l’instant, la PDG de l’entreprise, Stéphane Pallez, explique que ce sont surtout des grands groupes internationaux qui ont fait part de leur intérêt.

Ce soir, nous attendons vos questions sur la privatisation de la FDJ, ses implications, ses conséquences. Pourquoi cette privatisation, alors que l’entreprise est florissante ?

A quoi ressemblera la gouvernance de l’entreprise, après le 21 novembre ? Pourrait-elle passer sous contrôle d’un fonds étranger ? Quelles seront les conséquences pour les joueurs, pour les gains ? 

Avec nous pour en parler :

Marie Lebec, députée En Marche, rapporteure de la Loi Pacte et membre de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée Nationale

Dominique Plihon, économiste, professeur émérite à l'université Sorbonne – Paris Nord, membre d’ATTAC et des Economistes atterrés.

Elizabeth Rossé, psychologue, spécialiste des addictions 

Toutes vos questions au standard de France Inter – 0145247000 – ou par mail à l’adresse telsonne@radiofrance.com

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.