Le projet de loi antiterroriste est en discussion à l'Assemblée nationale depuis cet après-midi

Le défenseur des droits JACQUES TOUBON a parlé d'une pilule empoisonnée

Les juristes, dans une très large majorité mettent en garde contre une banalisation de l'état d'urgence

Pendant que le gouvernement lui, nous protège contre le terrorisme et rien d'autre

Derrière des assignations à résidence rendues plus facile et étendues à la commune...

Derrière des fermetures de lieux de culte...

Derrière des autorisations données pour agir le plus souvent désormais par les préfets et moins par le judiciaire..

C'est comme ça qu'il entend expliquer, et appliquer cette loi anti terroriste discutée en ce moment et votée le 3 octobre à l'Assemblée... Une loi qui englobe dans le droit commun des dispositions de l'Etat d'urgence.

Derrière des perquisitions administratives moins difficiles à mettre en place...

Allons nous vers moins de liberté?

Seuls les terroristes seront visés dit le gouvernement dont on veut bien entendre sa crainte de se voir reprocher un attentat

Mais comment évaluer la menace d'un crime pas encore commis? Y-a-t'il un risque d'arbitraire?

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.