L'installation du réseau 5G devrait bouleverser nos habitudes de consommation - tant individuelles que collectives - mais un changement de cette ampleur alimente de nombreuses inquiétudes : écologie, santé, souveraineté, course à l'innovation... Face à toutes ces zones d'ombre, comment démêler le vrai du faux ?

Qui a peur de la 5G ?
Qui a peur de la 5G ? © Getty / Chengzhi Lu / EyeEm

Au vu de toutes les interrogations et les débats que soulèvent la 5G, la seule certitude est que c'est un sujet très clivant. Là où certains y voient une porte d'entrée vers les technologies de demain (internet des objets, véhicules autonomes, révolution de l'industrie 4.0) d'autres critiquent avant tout une course superflue à l'innovation qui ne ferait qu'alimenter des modes de consommation déjà déraisonnables. L'aspect écologique occupe une grande part du débat, puisque l'installation de la 5G implique un renouvellement des antennes relais et une consommation d'énergie que l'on a encore du mal à estimer correctement - en plus de favoriser l'apparition de nouveaux appareils énergivores. Enfin, la grande zone d'ombre de la 5G est son impact sur la santé, puisque à ce jour aucune étude n'a pu prouver ni la dangerosité ni l'innocuité de ses ondes, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire pointant un manque de données dans son rapport préliminaire en début d'année. 

Malheureusement, la France n'est pas seule dans la course à la 5G, et nous sommes déjà bien en retard sur Chine ou la Corée du Sud, mais aussi sur nos voisins européens. Au delà de nos modes de consommation individuels, la 5G couve de nombreux enjeux économiques, industriels, géopolitiques et de souveraineté qui nous imposent d'y voir plus clair. 

Pour faire le point sur la 5G et répondre aux questions des auditeurs, nous recevons Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, Nicolas Guérin, président de la Fédération Française des Télécoms, et Jérôme Colombain, journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies. 

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.