Alors que le glyphosate devrait être interdit d'ici trois ans, en France, Nicolas Hulot a annoncé, dimanche, des exceptions possibles dans le cas où, dans certains territoires, des agriculteurs ne seraient pas prêts à en abandonner l'usage ou si des alternatives n'étaient pas trouvées d'ici là.

L'agriculture française peut-elle se passer de glyphosate?
L'agriculture française peut-elle se passer de glyphosate? © AFP / JEAN-FRANCOIS MONIER

Comme il était à prévoir, le glyphosate s'est invité au salon de l'agriculture et dans une discussion musclée avec le président de la république.

D'abord une confirmation. Celle de son interdiction, en 3 ans, en France, après la décision controversée de l'Union européenne de renouveler la licence de l'herbicide pour 5 ans.

Mais il y a les exceptions 

D'après Nicolas Hulot, elles seront admises et on regarde les substitutions.

Du coup, la FNSEA a repris la main hier soir et a annoncé un "contrat de solution" avec 35 partenaires, dont l'INRA, qui oblige à étudier les alternatives : semences décalées ; phéromones pour certains insectes ; rotation des cultures..

Peut-on s'en passer ?

Zéro pesticides ? Mais combien de temps cela prendra-t-il ? Après tout, pourquoi c'est si long s'il s'agit de faire une rotation de culture ? Une réintroduction d'insectes, c'est efficace mais dans quel délai ? Et surtout, sur quelles surfaces ? Qui freine le processus ? Si ce sont les grosses exploitations, est-ce que ça veut dire qu'il faudrait changer de modèle ? 

Derrière la question glyphosate, plein de questions se posent sur l'agriculture et notre nourriture de demain. 

Soyez les bienvenus. 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.