Le CNRS célèbre, cette année, ses 80 ans. Dans un discours prononcé hier, le président Macron a annoncé une hausse du budget qui lui est dédié… Mais les scientifiques attirent l’attention sur le désenchantement de la recherche, au-delà de la question des moyens. D’où vient le blues des chercheurs ?

Le logo à l'occasion des 80 ans du CNRS
Le logo à l'occasion des 80 ans du CNRS © CNRS

Avec ses 33.000 salariés, le CNRS est le plus grand organisme français de la recherche – son vivier a déjà rapporté 11 médailles Fields et 23 Nobel à la France. 

Mais elle perd en attractivité, en compétitivité. La France est passée du rang de 5ème plus grand producteur mondial au 7ème, loin derrière les Etats-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Les postes de chercheurs y sont rares, les salaires de départ loin d’être mirobolants. Alors nombre de jeunes chercheurs se décident à partir pour l’étranger, en quête de reconnaissance.

Ceux qui restent évoquent la pression des évaluations auxquels ils sont soumis. Mais aussi les semaines de 80 heures, alourdies par un « épuisement bureaucratique » - car il faut sans cesse chercher des financements, publics ou privés, pour mener à bien les programmes de recherche. Les salaires qui ne sont pas forcément à la hauteur des années d’études engagées : à l'embauche, un chercheur gagne 1800 euros par mois. La multiplication des contrats à durée déterminée, qui précarisent leur travail. 

Selon l’académie des Sciences, la situation « _a de quoi alarmer »_. Le monde de la recherche estime que le besoin de financement se chiffre actuellement à cinq milliards d’euros. Pourtant, si le président a promis hier une hausse des moyens, il n’a fait aucune annonce chiffrée concernant le plan pluriannuel, envisagé pour 2020.

Une hausse budgétaire suffira-t-elle à redresser la recherche ? Comment rendre ce secteur plus attractif ? La France se donne-t-elle les moyens de faire rayonner la recherche ? 

En raison du mouvement de grève à Radio France, nous ne serons pas en mesure de prendre vos appels. Mais vos mails sont les bienvenus à l’adresse telsonne@radiofrance.com, et les questions posées au standard – 0145247000 – seront lues à l’antenne.

Les invités
Programmation musicale
  • Le laboratoire (edit radio)2019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.