Où en sont les méthodes de prévention et de "compréhension" de la radicalisation pour lutter plus efficacement contre ce phénomène ? Aussi, faut-il parler de "déradicalisation", de "désendoctrinement", de "désembrigadement" et de "résinsertion ? Quels regards sur la question ?

Comprendre sans vouloir excuser. Comprendre pourquoi certains jeunes sont tentés par le Jihad et l’action terroriste. Car au-delà de la nécessaire réponse policière, judiciaire et militaire, d'autres réponses existent. Pourquoi les attentats sont toujours plus nombreux ? De 1800 attentats en 2001, dans le monde, ces derniers ont considérablement augmenté passant à plus de 12 000 en 2016 (Nicolas Hénin). Pourquoi certains jeunes se jettent ainsi dans les bras de Daech en France comme dans le reste du monde ? 

La question n’est pas superflue, car elle conditionne en partie la réaction quant à la prise en charge de ceux qui sont concernés. Quelle attitude aussi à l’égard des familles ? Quelle politique à l’égard de ceux qui reviennent des zones de combat ? Faut-il accorder un plus grand intérêt aux témoignages des radicalisés repentis ? La question de la déradicalisation est plus que jamais d’actualité depuis la chute de Raqqa en Syrie et le dernier attentat près de la gare Saint-Charles à Marseille. La France doit-elle prendre exemple sur ses voisins européens en la matière ? Faut-il repenser la politique de lutte contre la déradicalisation ? 

Alors que le président Macron a annoncé, pour décembre, un nouveau plan de lutte contre la radicalisation, on réouvre le débat ce soir, sur France Inter, grâce au regard croisé de deux hommes qui ont décidé de travailler ensemble sur le sujet. Deux hommes dont la rencontre était pourtant improbable. Le journaliste Nicolas Hénin, ancien otage du groupe Etat Islamique en Syrie il y a maintenant quatre ans. Puis Mourad Benchellali, ancien prisonnier qui a passé plus de deux ans à Guantanamo, après avoir été arrêté dans un camp d’entraînement d’Al Qaïda en Afghanistan, il y a maintenant quinze ans. Ensemble, Nicolas Hénin et Mourad Benchellali ont décidé de créer un groupe de réflexion baptisé « Action Résilience » pour tenter de lutter plus efficacement contre le radicalisme. Le psychologue Tobie Nathan sera toujours là pour en parler avec nous tant il suit, depuis plusieurs années, des jeunes gens et des jeunes filles en voie de radicalisation.
 

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.