Les suspicions se font entendre derrière la décision du gouvernement d'élargir le nombre de vaccins obligatoires. Au #telsonne, pistes de réponse : santé publique ou réel danger ?

La méfiance des Français envers les vaccins est-elle fondée ?
La méfiance des Français envers les vaccins est-elle fondée ? © Getty

Selon le dernier sondage Odoxa, c'est une mesure qui divise profondément les Français : 50% y sont favorables, 50% la combattent. L'augmentation du nombre de vaccins obligatoires chez l'enfant, qui passeraient de 3 à 11, cristallisent autour d'elle nombre d'inquiétudes populaires.

Comment lutter contre la désinformation ?

L'hostilité française à la vaccination est justifiée en majeure partie par le travail acharné d'une partie non négligeable de la population qui, convaincue de la nocivité des vaccins, fait de leur utilisation un grave danger individuel. Via plusieurs médias, mais principalement des sites internet de désinformations, plusieurs groupuscules se citent mutuellement et mettent en lien leurs visiteurs avec des études pseudo-scientifiques. Malgré leurs grossiers manques de rigueur scientifique, ces activités continuent de faire vivre l'idée selon laquelle la vaccination peut régulièrement causer de l'asthme, des formes d'autisme, ou d'autres pathologies. En l'absence d'une réelle politique d'information gouvernementale et médicale, ces assertions bénéficient d'un large espace de prolifération. Quel type d'information l'Etat et les médecins doivent-ils organiser ?

L'Etat peut-il légitimement forcer un individu à s’assujettir à un traitement ?

Parmi les points de résistance, certains concernent le principe même de l'obligation. Les deux visions qui s'opposent frontalement le font en vertu, chacune, d'un idéal phare. Pour ceux qui dénoncent la décision du gouvernement, chacun devrait avoir le droit de choisir les composantes de sa santé personnelle, au même titre que l'on choisit ou non de se faire dépister pour le virus du SIDA. Selon ce point de vue, le caractère liberticide de l'intervention de l'Etat justifie que l'on s'oppose à ma mise en place : il ne s'agit pas d'être anti-vaccins, mais d'être opposé à l'obligation d'y avoir recours.
De leur côté, ceux qui soutiennent le gouvernement peuvent entendre cet argument, mais le rejettent au nom d'un intérêt qu'ils estiment plus grand : la vaccination est un acte collectif qui ne fonctionne au sein d'une population que si celle-ci s'y astreint complètement; l'immunité d'un groupe implique n'advient que s'il ne comporte pas de maillon faible. Ne pas se vacciner, selon eux, c'est une manière irresponsable de mettre en danger les individus les plus faibles de son entourage.

Dans le Téléphone Sonne, sur France Inter de 19h20 à 20h, venez aider Yves Decaens et ses invités à apporter des réponses claires et tranchées à ces questions. Autour du rôle de l'Etat, des bienfaits / méfaits de la vaccination, du bien-fondé et de la nécessité de la décision du gouvernement, posez vos questions et apportez vos témoignages au 01 45 24 7000. Sur les réseaux sociaux, réagissez au #telsonne.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.