Alors que de nombreux échos laissaient présumer de la nomination d’un secrétaire d’Etat dédié à la cause animale, les associations de protection déplorent que le gouvernement Castex ait finalement écarté les animaux du remaniement.

L’intérêt des français à propos des conditions d’élevage, de captivité ou encore de la maltraitance animale grandit d’année en année de manière exponentielle. Leurs préoccupations et attentes aussi. 

Une pétition en ligne avait d’ailleurs recueilli plus de 100 000 signatures en faveur de la création d’un secrétariat ou d’un ministère d’Etat centré sur ces sujets, et un sondage de l’IFOP rapporte que sept français sur 10 seraient favorables à la création d’une mention de protection animale dans un ministère. 

Les principaux acteurs de la condition animale estiment ainsi que le gouvernement n’a pas su entendre les revendications partagées par une grande partie de la population. 

« Ce secrétariat d’Etat, attendu depuis des années, aurait été un signe fort, une reconnaissance de cette attente de nos très nombreux concitoyens. Nous espérons cependant que l’exécutif entendra nos demandes, car secrétariat d’Etat ou pas, il y a une véritable urgence à soutenir ce secteur. » - communiqué de l’association Ethics for animal

La SPA s’insurge en affirmant que « Cette posture va à l’encontre du vaste mouvement de prise de conscience ». 

Brigitte Ghotière - présidente de l’association L-214) estime de même que le gouvernement est en décalage avec les aspirations des français mais assure que les actions menées en vue d’avancées législatives pour les animaux continueront d’avancer. 

Rappelons tout de même qu’il a fallu attendre la loi du 17 février 2015 pour que le statut juridique des animaux reconnu par le code civil passe de « bien meuble » à « être vivant doué de sensibilité ». 

Aujourd’hui, quelles avancées peut-on espérer en faveur de la condition animale ? 

Quelles initiatives mettre en place ? 

Quelle place accorder aux animaux dans la société actuelle ? 

Les invités
  • Brigitte GothièreCo-fondatrice de l’association L214, association de protection animale
  • Loïc DombrevalVétérinaire, député LREM des Alpes Maritimes et président du groupe d’études « Condition animale » à l’Assemblée nationale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.