On en rigole sur les réseaux sociaux : après le confinement, tous alcooliques ! Ces "skype apéro", les apéros avec les amis par internet, certains les enchaînent dans la soirée. On en rit, c'est sûr, c'est aussi le signe qu'il y a un problème. Alcool, nourriture, tabac, comment éviter les excès, les dérapages ?

Une femme cuisine pendant le confinement.
Une femme cuisine pendant le confinement. © AFP / Antoine Kremer / Hans Lucas

On sait que lorsque le stress augmente, la consommation d'alcool, tabac, nourriture risque de décoller, surtout si nos autres activités disparaissent, le sport, les sorties, et si le stress se transforme en angoisse.

Pour certains d'entre nous, c'est encore plus compliqué : ils ont passé le stade des excès, celui des dérapages, ils souffrent d'addiction.

Toute personne confinée peut-elle devenir addict à quelque chose? Quels sont risques ? Quelles sont les stratégies pour éviter les dérapages ? Est-ce que pour ceux qui souffrent déjà d'addiction, le confinement est plus risqué? Les malades sont ils encore bien accompagnés ? 

Pour répondre à vos questions ce soir, deux invités sont avec nous :

-Florence Foucaud, diététicienne nutritionniste

-Amine Benyamina, chef du service de psychiatrie et d'addictologie de l'Hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne)

président de la Fédération française d'addictologie, et copilote la Société française d'alcoologie (SFA).

Le standard est ouvert, on attend vos témoignages et questions au 01 45 24 7000, sur l'application France Inter, l'adresse e-mail telsonne@radiofrance.com ou avec le hashtag #LeTelSonne.

Sites et numéros utiles

Les invités
  • Florence FoucautDiététicienne-Nutritionniste à Paris, membre de l’AFDN, l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes
  • Amine BenyaminaPsychiatre et professeur en addictologie
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.