Deux études publiées simultanément par le CNRS et le Musée d'histoire naturelle pointent du doigt la diminution significative du nombre d'oiseaux dans les campagnes. Un tiers des oiseaux a disparu en 15 ans.

L'alouette des champs perd plus d'un individu sur trois
L'alouette des champs perd plus d'un individu sur trois © Getty / Michael Breuer

C'est la disparition des oiseaux, qui a alerté au moins un instant.

"T'as vu, y'a de moins en moins d'oiseaux!"  Certaines Alouettes, tourterelles, perdrix, fauvettes ont disparu. Et bientôt, ce sera "T'as vu on entend rien. On entend plus le printemps arriver"  Mais c'est pas tout. Le dernier rhinocéros blanc du Kenya est mort.  Le stock de poisson est en chute libre. Et puis les insectes et les abeilles. Et puis l'état des sols et des forêts. Ce sont nos écosystèmes qui disparaissent parce qu'on a trop tiré sur la corde. Et qu'on continue. Curieusement; ces rapports qui s'accumulent pour nous mettre en garde sont encore moins regardés que ceux du réchauffement climatique. Qu'on a mis tant de temps à prendre au sérieux. Cette sixième extinction de masse, la première causée par nous, on ne la voit pas, on ne l'imagine pas. Et pourtant cultures extensives, monocultures, utilisation des herbicides, surpêche sont pointés du doigt. 

Peut-on revenir en arrière? Faut-il modifier en profondeur nos modes de production? Ou sommes nous condamnés à des drones pollinisateurs, comme il en existe déjà? 

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.