manuel valls ne voit pas d'alternative crédible à gauche
manuel valls ne voit pas d'alternative crédible à gauche © reuters

Et 1, et 2, et 3…Troisième défaite électorale pour la gauche depuis l’arrivée de François Hollande à l'Élysée en 2012. La gauche qui laisse à la droite les deux tiers des départements, quand elle en dirigeait 61 jusque là. Troisième claque donc, mais à qui la faute ?

«La faute à nos divisions» a immédiatement tenté d’expliquer l’exécutif. «La faute à la politique menée par le président et le premier ministre qui nous ont coupés de notre électorat» a tonné l’aile gauche du parti socialiste. Même si la gauche de la gauche a échoué, elle aussi, hier, à représenter, électoralement parlant une alternative crédible, alternative du type Syriza en Grèce.

«Alors maintenant, que faire ?» pour reprendre la vieille question… de Lénine ? «Maintenir le cap, jusqu’à obtenir des résultats concrets» a immédiatement assuré Manuel Valls. «Changer de politique pour renouer avec notre électorat» ont rétorqué les autres, proposant qui, une nouvelle alliance populaire mais sans les socialistes, qui une alliance de gauche avec les écologistes, mais sans le parti de gauche.

Que peut et doit faire la gauche, selon vous, notamment pour avoir une chance de ne pas être balayée à la présidentielle de 2017 ?

On attend, vos idées, et vos questions à nos invités au 01 45 24 7000 et sur les réseaux sociaux, Franceinter.fr, facebook et sur twitter : #telsonne

Invités :

Edouardo Rihan Cypel, député de Seine et Marne et Porte parole du parti SocialisteBarbara Pompilli , députée de la Somme. Présidente du groupe EELV de l’Assemblée NationaleEric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche. Conseiller régional d’Île-de-France### Pour aller plus loin

Les résultats des départementales, canton par canton sur le site de France Inter.

Les réactions politiques, sur franceinter.fr

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.