Avec l’adoption de la PMA, les demandes en spermatozoïdes ont explosés. L’Agence de la biomédecine lance aujourd’hui un appel aux dons afin de renforcer la diversité du stock de gamètes. Quel est le profil des donneurs ? Comment répondre à la demande en diversité des receveurs ?

La plus grande campagne de dons de gamètes lancée aujourd’hui
La plus grande campagne de dons de gamètes lancée aujourd’hui © Getty / Toshiro Shimada

Après l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, les demandes en dons de spermatozoïdes ont explosé. L’Agence de la biomédecine a réagi et lance une campagne pour inciter les Français aux dons de spermatozoïdes et d’ovocytes. L’un des enjeux de cette campagne, selon l’Agence de la biomédecine est de « répondre aux besoins des receveurs, dans toute leur diversité ». En effet, les personnes issues de l’immigration font face à des difficultés quand il s’agit de trouver un don de gamètes qui leur correspond. Comment répondre à la demande en diversité des receveurs ?

La  loi bioéthique introduit un changement important, en permettant de lever l’anonymat des donneurs de gamètes et en permettant à l’enfant né d’un don de gamètes de connaitre ses origines à ses 18 ans. Un changement qui soulève de nombreuses interrogations. Cette levée de l’anonymat fera-t-elle chuter les dons ? 

Les invités
  • Claire de Viennemédecin référente en AMP à l'agence de biomédecine
  • Catherine ClavinCo-présidente de l’association APGL (association des parents gays et lesbiens)
L'équipe
Thèmes associés