La contraception masculine reste très mal connue, pourtant les solutions existent. Guillaume Daudin et Stéphane Jourdain aborde cette question dans leur livre Les Contraceptés – Enquête sur le dernier tabou. Pourquoi la contraception masculine reste-t-elle un impensé ?

Stand de présentation d'une méthode de contraception thermique masculine
Stand de présentation d'une méthode de contraception thermique masculine © AFP / Lola Loubet / Hans Lucas

Deux journalistes, Guillaume Daudin et Stéphane Jourdain viennent de publier Les Contraceptés – Enquête sur le dernier tabou, un livre qui aborde la question de la contraception masculine. Ils reviennent sur les raisons pour lesquelles la prise d’un contraceptif par les hommes reste un impensé. Pourquoi la recherche dans ce domaine est-elle si peu développée ? Pourquoi les contraceptifs masculins sont-ils si peu commercialisés ? 

Pourtant, les solutions en matière de contraception masculine existent : slips chauffants, anneaux, injections hormonales, etc. En France, la contraception masculine est une possibilité mais le nombre d’intéressés reste faible. La vasectomie, une opération chirurgicale qui permet une contraception définitive, est très courante dans le monde. Au Québec, un homme sur trois a réalisé une vasectomie. Pourquoi ce retard en France ? 

Depuis la vague Me Too, la société questionne la charge mentale de la contraception qui repose sur les femmes. Les hommes sont-ils prêts à assumer cette responsabilité ? Les femmes sont-elles prêtes à faire confiance aux hommes en matière de contraception ? 

Les invités
  • Guillaume DaudinJournaliste, co-auteur du roman graphique Les contraceptés (Editions Steinkis)
  • Gersende MarceauSage-femme, bénévole au planning familial de Montpellier (Elle organise des consultations sur la contraception masculine)
L'équipe