Les personnels soignants devront à partir de ce mercredi 15 septembre, avoir reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Même si 88% d'entre eux ont entamé leur schéma vaccinal, doit on craindre une désorganisation dans la prise en charge des patients ?

Vaccination contre la Covid-19 (image d'illustration)
Vaccination contre la Covid-19 (image d'illustration) © Getty

88% des soignants ont reçu au moins une dose de vaccin dans les hôpitaux et les EHPAD selon le ministère de la santé. Près de 94% de ceux qui exercent leur profession en libéral.  Les chiffres sont bons. Et si l'on voit des soignants dans les manifestations du samedi, le refus de la vaccination reste une minorité.

Est-ce une prise de conscience ?

Un retard rattrapé tout simplement ? Ou le coup de pression du gouvernement qui donne aujourd'hui ces chiffres ? Difficile de le dire. En tout cas, nous en sommes là, à 48 heures de la date butoir.  

A partir de mercredi 15 septembre, tout soignant qui n'a pas commencé son schéma vaccinal est mis à pied sans rémunération. 

Il existe encore des réfractaires. On verra si c'est un nombre incompressible. Il existe aussi des tensions hospitalières, qui ont appuyé sur certains boutons et poussé à la colère parfois et donc au refus. On en parlera.

Est-ce que certains hôpitaux sont en danger à partir de mercredi faute de personnel ? Est-ce que comme le réclament certains, il faut donner un délai supplémentaire ? Faut-il adoucir les sanctions dans le but d'apaiser aussi le climat ?  

Les invités
L'équipe