Selon l'OMS, environ un malade du Covid-19 sur dix reste souffrant après 12 semaines. Cet état, appelé également le Covid long, reste encore peu abordé alors qu'il peut toucher toutes les classes d'âge atteintes par la maladie. Comment mieux identifier ce type de Covid ?

Perte d'odorat, de mémoire, fatigue... Comment vivre avec un Covid long
Perte d'odorat, de mémoire, fatigue... Comment vivre avec un Covid long © Getty / Dmitry Marchenko / EyeEm

Le cœur qui palpite, des douleurs dans les jambes, la peau qui gratte, du mal à respirer, des troubles de mémoire et une sensation de brouillard dans le cerveau qui empêche de penser : voilà quelques uns des centaines de symptômes du Covid long. Cette forme durable et encore mystérieuse de la Covid frapperait 10 à 15 % des malades.

Le Covid n'en finit pas d'empiéter sur le quotidien des malades. Avec près d'un million de personnes atteintes du Covid long au Royaume Uni,  les autorités sanitaires ont dû prendre la juste mesure  du phénomène. 

Après l'adoption en février 2021 par l'Assemblée nationale d'une mesure de reconnaissance des personnes souffrant des symptômes prolongés du Covid-19.   Les malades touchés par cette prolongation des effets du Covid demandent en parallèle la création d'un statut spécifique à leur égard. 

Où en est actuellement la recherche scientifique concernant le Covid long ? 

Quelles aides ont les personnes touchées par ces effets à leur disposition ?

Avec nous pour en parler :

  • Dominique Salmon-Céron, infectiologue et professeur de maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu à Paris
  • Matthieu Lestage, atteint du Covid long et membre de l'association "après J20" 

Retrouvez ci-dessous des extraits de l'émission

Covid long : quels sont les facteurs de risque ?

Dominique Salmon-Céron : "Il y a des facteurs de risque, mais qui sont plus liés à l'individu. Par exemple, on observe beaucoup plus de covid long chez les femmes, chez les jeunes, chez les personnes allergiques. Il y a aussi de la recherche sur les maladies auto immunes". 

Quels sont les symptômes du Covid long ? 

Matthieu Lestage a attrapé le Covid pendant la 2e vague, cela fait maintenant neuf mois qu'il est malade. Il témoigne : "Le premier symptôme, qui est le plus dérangeant, c'est les tremblements qui apparaissent quand je fais une activité un peu plus conséquente que ce que je devrais. Ensuite, j'ai mon système nerveux autonome qui est touché. J'ai un problème neurologique et j'ai le fameux brouillard cérébral avec le problème de concentration et de coordination, ce qui m'empêche de conduire. Plus je force, et plus ce brouillard va s'installer jusqu'à, vraiment si je ne m'arrête pas, un malaise vagal, c'est-à-dire que tout mon corps s'arrête, je perd connaissance". 

Les symptômes du Covid long sont très variés. Dominique Salmon-Céron présente les plus fréquents :

  • Les signes neurologiques, cette impression de brouillard cérébral, sont parmi les plus fréquents.
  • La fatigue - soit une fatigue provoquée par l'effort, soit on est tout le temps fatigué. 
  • Les signes cardio thoraciques.

Mais, précise-t-elle, "tous les organes peuvent être atteints et ça donne beaucoup, beaucoup, beaucoup de symptômes".

On s'est rendu compte qu'au bout d'un an de covid long, à peu près la moitié des personnes arrivent à reprendre leur travail à temps complet, mais d'autres à temps partiel et un petit pourcentage ne sont toujours pas rétablis. C'est sûr qu'on a devant nous un gros problème de santé publique et d'organisation des soins. 

Combien de temps durent les symptômes ?

Dominique Salmon-Céron : "Au bout d'un an, à peu près 80% des gens s'améliorent de façon significative, soit beaucoup, soit un peu. Mais ça veut dire qu'il reste encore 20% de personnes qui restent vraiment extrêmement gênées"

Mathieu Lestage nuance : certes il y a une amélioration mais "aujourd'hui, j'ai un quotidien, s'il est aménagé, qui est vivable, mais qui ne correspond en rien à la vie que j'ai pu avoir avant. 

J'étais quelqu'un de très actif, sportif. J'ai 43 ans. Je suis directeur d'un magasin, je suis chroniqueur radio, chroniqueur télé, youtubeur. 

J'avais une vie chargée. Aujourd'hui, ma vie est en pause. 

Aujourd'hui, il faut que je chronomètre mes activités pour ne pas dépasser un certain temps ; il faut que je fasse des siestes pour récupérer... Si, admettons, je fais une heure dehors de jardinage (et pas bécher, juste ramasser des herbes, désherber), je sais que derrière, j'ai 45 minutes où je dois me m'allonger pour reprendre mon souffle, pour refaire monter ma jauge d'énergie - alors qu'avant, je pouvais enchaîner toutes les activités que je viens de vous énoncer" 

Est-ce que ça peut durer encore longtemps ? Dominique Salmon-Céron répond : "Si on fait une analogie avec les autres formes de fatigue infectieuse, c'est des choses qui peuvent durer quand même trois, quatre ans. Ça commence à s'améliorer au bout de quelques mois, mais ça peut durer". 

Est-il dangereux de se faire vacciner quand on a le Covid long ?

Dominique Salmon-Céron : "La position médicale est qu'il y a plus d'avantages que d'inconvénients

Les avantages, c'est de ne pas refaire une infection avec un variant contre lequel vous ne seriez pas protégé parce que vous n'avez pas eu les bons anticorps ou même pas d'anticorps. Et puis, vous êtes quasiment certain d'acquérir des anticorps. Ce n'est pas du 100% mais on s'est rendu compte que même les gens qui n'avaient pas fait d'anticorps après un Covid long ont développé des anticorps après la vaccination. 

Maintenant, il faut quand même être prudent et pas se faire vacciner si on est en pleine poussée parce qu'on peut avoir une exacerbation des signes juste après la vaccination. On a à peu près 25% des patients qui vont faire à nouveau des symptômes (un essoufflement, mal à la tête, mal aux muscles..). Ça, ça dure 10 à 15 jours et après, certains patients (de l'ordre de 20%) voient une amélioration de leurs symptômes"

Le reste à écouter...

Les invités
L'équipe