Aujourd’hui, Emmanuel Macron a dévoilé les contours du « contrat d’engagement », qui prévoit une allocation et un accompagnement aux jeunes sans emploi ni formation. À qui s’adresse ce « contrat d’engagement » ?

Le contrat d’engagement jeune : pour qui
Le contrat d’engagement jeune : pour qui © AFP / JULIEN DE ROSA

Le gouvernement a précisé aujourd’hui les modalités du contrat d’engagement qui prévoit de remettre jusqu’à 500 euros par mois à des jeunes sans emploi ni formation depuis plusieurs mois. En contrepartie, le bénéficiaire s’engage à suivre une formation ou un accompagnement de 15 à 20 heures par semaine. 

La crise sanitaire a poussé dans la précarité beaucoup de jeunes de moins de 25 ans. Cette situation a conduit Emmanuel Macron à annoncer en juillet dernier qu’il proposerait un projet de « revenu d’engagement » pour un million de jeunes. Quatre mois plus tard, les ambitions ont été revues à la baisse. Le président a annoncé un budget de 550 millions d’euros, deux fois moins que les premières estimations, à destination de 500 000 jeunes maximum. 

Le dispositif sera mis en place à partir de mars 2022. Comment y prétendre ? Cette allocation est-elle un point de départ ou une occasion manquée vers la mise en place de minima sociaux à destination de la jeunesse ? Les aides sociales peuvent-elles aussi dissuader les jeunes de prendre un emploi comme le craint le gouvernement ? Comment trouver un emploi quand on est sorti sans diplôme de l'école ?

Les invités
  • Antoine DulinPrésident de la commission Insertion des jeunes au Cese
  • Marie CaillaudCo-responsable du comité d’animation du Forum Français de la Jeunesse
L'équipe