Le quoi qu'il en coûte c'est fini! selon le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Alors que la reprise économique française semble plus vive que prévu, la fin du fonds de solidarité fait-il craindre des défaillances d'entreprises?

Elisabeth Borne, Ministre du Travail, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, Alain Griset, Ministre délégué aux PME, août 2021
Elisabeth Borne, Ministre du Travail, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, Alain Griset, Ministre délégué aux PME, août 2021 © AFP / ERIC PIERMONT

Le mantra économique, de la pandémie chez nous : le quoi qu'il en coute, c'est terminé. Les entreprises, sauf celles qui sont encore très affectées para la crise sanitaire ne sont plus perfusées. Le fond de solidarité s'arrête à la fin du mois de septembre.  

On parle désormais de sur-mesure dans l'aide aux entreprises. D'autant que la reprise est là. Et la croissance aussi: 6% selon les perspectives annoncées par le gouvernement. L'activité en France, ce sont les chiffres qui le disent, n'est pas loin de son niveau d'avant covid.

Mais on entend aussi, monter les craintes sur les vagues de faillites qui pourraient suivre. Est-ce qu'on risque de se retrouver face à des structures zombies maintenues en vie par les aides, mais qui pourraient bien s'écrouler sur elles mêmes. Le remboursement des PGE, ces prêts garantis par l' Etat. Est-ce que c'est un souci ? Est-ce que la croissance retrouvée permet à toute la machine de repartir sans dommage?  Quel risque face à la pénurie de main d'œuvre ou de matières premières? 

L'équipe