Hier soir, la PMA pour toutes a été adoptée par l'Assemblée nationale. Elargissement de l'accès à la PMA aux couples lesbiens et aux femmes célibataires, fin de l'anonymat pour les donneurs de gamètes... Que va changer cette loi ?

Après plusieurs années d'un parcours politique et parlementaire sinueux, le texte de la loi bioéthique a été adopté hier par les députés. Il élargit notamment l'accès de la procréation médicalement assistée (PMA), autorise l’autoconservation des gamètes hors raison médicale et rend possible l'accès aux origines pour les personnes nées de dons.

Pourtant, cette ouverture ne diminuera pas la difficulté d'accès à la PMA, qui pourrait même s'accroître. Aujourd'hui, l'attente est de plus d'un an. Elle risque d'être allongée avec l'élargissement à de nouveaux publics, tandis que le nombre de dons pourrait diminuer en raison de la possibilité pour les enfants d'accéder à l'identité de leur géniteur biologique à leur majorité. 

  • La loi bioéthique permettra-t-elle de réduire le nombre de PMA effectuées à l'étranger ? 
  • Quels sont les autres changements entérinés par ce texte ?
  • Cette loi ouvre-t-elle la voie vers l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA) ? 

Toutes vos questions et vos témoignages au standard de Radio France - 01 45 24 70 00 -, sur l'application France Inter et par e-mail à l'adresse telsonne@radiofrance.com.

Avec nous pour en parler

  • François Olivennes est gynécologue obstéticien, spécialiste des traitements de l’infertilité.
  • Sandrine Trichard est cofondatrice de l’association les Matrikas qui milite pour l’égalité d’accès à la santé reproductive.
Les invités
L'équipe