Le bivouac établit le camp dans les steppes de Mongolie, en compagnie de Domitille Cauet, mère de Paul, un petit garçon autiste avec lequel elle a entrepris un voyage par-delà les préjugés, à la découverte de l'autre et aussi de soi.

Paysage de l’Arkhangai, l’une des 21 provinces de Mongolie, avec un cavalier et son cheval.
Paysage de l’Arkhangai, l’une des 21 provinces de Mongolie, avec un cavalier et son cheval. © Getty / Tuul & Bruno Morandi

Un voyage, ça peut ressourcer, mettre à distance certains obstacles pour mieux les affronter au retour. Un voyage, ça peut être l'occasion de tisser de nouveaux liens. Ça peut créer des souvenirs dont on fera plus tard une force. Un voyage, ça peut aider à grandir. Celui qui a entrepris Domitille Kauai en Mongolie avec l'un de ses trois fils, Paul, a eu toutes ces vertus et d'autres encore. 

Paul est autiste. Domitille Cauet a connu le parcours du combattant de tous les parents dans sa situation. Après avoir livré de nombreuses batailles pour le diagnostic, la scolarisation ou encore la mise en œuvre de thérapies adaptées, elle a eu envie, l'été dernier, de changer d'air et d'emmener Paul à travers la steppe mongole marcher dans le désert de Gobi et faire du cheval au bord d'un grand lac.

Elle raconte ce voyage et son odyssée personnelle dans un livre très émouvant publié chez Fayard, intitulé Paul en Mongolie et sous titré. : L'autisme est un voyage que je n'avais pas prévu 

Cet après midi. Domitille Cauet est l'invitée du Temps d'un bivouac. Elle va nous dire comment s'est déroulé son voyage en Mongolie avec Paul et ce qu'il leur a apporté à tous les deux.

Une rediffusion du 9 juillet 2018 

Exploration culinaire au Brésil

Les deux passionnés de cuisine Marine Mandrila et Louis Martin ont effectué un tour du monde avec l’idée d’utiliser la cuisine comme moyen d’entrer en contact avec les habitants des pays qu’ils traversaient. Ils racontent leur périple et leur découvertes culinaires dans un livre intitulé « very food trip » aux éditions de la Martinière.

Aujourd'hui, ils nous racontent leur passage par le Brésil et nous livrent la recette de la Feijao tropeiro.

Ingrédients pour 8 personnes :

- 1 kg de haricots rouges

- 500 g de saucisses de Calabre

- 500 g de saucisse de porc

- 150 g de bacon

- 500 g de farine de maïs

- 3 verres de farine de manioc

- 6 œufs

- 2 oignons

- 1 tête d’ail

- 1 petit piment

- 10 feuilles de choux vert

- Persil

- Huile d’olive ou de soja

Recette du Feijao tropeiro 

Faites cuir les haricots dans un demi-litre d’eau pendant 30 minutes. Conservez le bouillon de la cuisson.

Coupez finement les saucisses en tranche et le bacon en petits morceaux comme pour former des lardons.

Emincez l’ail et l’oignon et faîtes-les revenir à la casserole dans un peu d’huile d’olive ou de soja.

Coupez les feuilles de chou en fines lamelles, puis coupez-les verticalement pour faire des petits carrés. 

Faites cuire les œufs 10 minutes dans l’eau bouillante.

Faites revenir les saucisses et le bacon à la poêle poure qu’ils soient bien dorés, en retirant l’excédent de graisses, ajoutez l’ail, l’oignon, le piment rouge après l’avoir haché (et éventuellement égrainé).

Ajoutez les haricots, les feuilles de chou et le persil, et mélangez bien le tout.

Ajoutez la farine de maïs tout en continuant à mélanger.

Ajoutez la farine de manioc et l’eau de cuisson des haricots petit à petit en mélangeant.

Coupez les œufs durs en petits morceaux et disposez-les sur la préparation dans un grand plat. C’est prêt. Bon appétit !

la programmation musicale 

  • Hanggai Flowers
  • David WALTERS Manyè 
  • John PARISH/PJ HARVEY  Sorry for your loss
L'équipe
Thèmes associés