Trente trois ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, comment la faune et la flore se sont adaptées à cet espace contaminé ? Quelles sont les conséquences de l’irradiation sur leur développement ?

Tchernobyl, une escapade en terre contaminée.
Tchernobyl, une escapade en terre contaminée. © Getty / Pavlo Gonchar/SOPA Images/LightRocket

Le 26 avril 1986, dans la centrale nucléaire V.I. Lénine, le cœur du réacteur nucléaire numéro 4 entre en fusion provoquant ainsi une catastrophe nucléaire aux conséquences désastreuses. Depuis, une zone d'exclusion a été décrétée dans un périmètre de 30 kilomètres autour de la centrale, depuis les arbres, les animaux et les hommes vivent sur un sol pollué, boivent une eau contaminé et respirent une poussière irradiée. 

En compagnie de Anders Møller, chercheur au CNRS, et de Galia Ackerman, historienne, nous partons à la découverte des rues abandonnées de Pripiat, des terres contaminées de la forêt rouge, de cette zone d'exclusion où la vie n'a pas disparu mais a été profondément altérée. 

Extraits de l'émission

Galia Ackerman : "C'est une expérience qui a mal tourné. on le savait : le réacteur de type Rbmk peut devenir, sous certaines conditions, instable - mais personne ne pensait qu'il pouvait exploser. C'était la doxa de la science soviétique : ce réacteur a été considéré comme quelque chose d'extrêmement fiable, de sorte qu'on disait qu'on pouvait l'installer même sur la Place rouge sans danger". 

Galia Ackerman : "L'explosion a été tellement forte que le couvercle du réacteur, qui pesait pourtant 2000 tonnes, a sauté comme un bouchon de champagne".

Galia Ackerman : "Il ne faut pas oublier qu'une partie de ces épisodes héroïques n'auraient pas été nécessaires si la direction soviétique n'avait pas voulu à tout prix remettre en marche la centrale. C'était un point de fierté parce que le communisme devait vaincre l'atome et pas l'inverse".

Anders Møller : "Il n'y pas un groupe de contrôle témoin pour faire des analyses ; c'es très difficile de comprendre quelles sont les conséquences pour la santé."

Galia Ackerman : "On pense que sur environ un millions de personnes qui sont passés par cette zone, de 1986 à la fin de 1991 (date de l'éclatement de l'URSS), environ 200 000 sont mortes prématurément - même si c'est toujours très difficile de dire quinze ou trente ans après si ces personnes sont mortes des suites de ce frottement à la radioactivité ou d'autres facteurs (alcool, mauvaise hygiène de vie, etc)"

Tourisme à Tchernobyl : "Environ 80 000 touristes sont passés à Tchernobyl l'année dernière. Et avec la série américaine, ça va augmenter bien sûr"

En fin d'émission, un nouveau reportage de Clément Baudet sur le Pic du Midi.  A retrouver sur le site du CNRS.

Programmation musicale 

  • Zveri group : Summer
  • Lee Fields/The expressions : You're what's needed in my life
  • Alex Beaupain : Cours camarade
Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.