Geoffroy Delorme n’a pas 20 ans quand il aperçoit, dans la forêt de Louviers en Normandie un chevreuil . Le jeune homme et l’animal s’apprivoisent, et le chevreuil lui ouvre les portes de la forêt et du monde fascinant de ses semblables.Geoffroy s’installe parmi eux et son expérience immersive va durer sept ans.

Geoffroy Delorme,  photographe, conférencier auteur de "L'homme-chevreuil" paru aux éditions des Arènes .
Geoffroy Delorme, photographe, conférencier auteur de "L'homme-chevreuil" paru aux éditions des Arènes . © Geoffroy Delorme

C’est l’histoire d’un jeune homme solitaire qui ne se sent jamais aussi bien que lorsqu’il part explorer la forêt juste à côté de la maison familiale. Il y passe tellement de temps que la faune s’habitue à sa présence. Un jour, il rencontre un chevreuil plus curieux, moins craintif que les autres. Au fil des mois entre le jeune homme et l’animal un lien se crée. A tel point que le cervidé lui ouvre les portes de la forêt et lui donne accès au monde fascinant de ses congénères. 

C’est ainsi que pendant 7 ans, Geoffroy Delorme a vécu au côté d’un groupe de chevreuils dans la forêt de Louviers en Normandie. Sans tente, ni abri, ni même un sac de couchage ou une couverture, il a appris à survivre en suivant l’exemple de ces animaux sauvages pour se nourrir, dormir ou se protéger. Une expérience étonnante qu’il livre dans un ouvrage intitulé  L’homme-chevreuil  (paru  aux éditions Les arènes).

Geoffroy Delorme nous raconte cette immersion dans le monde sauvage et ce que lui ont appris ceux qu’il considère désormais comme ses amis : les chevreuils.  

Comment "devient-on" un chevreuil ?

Les conseils de Geoffroy Delorme :

S'immerger progressivement : "Il faut d'abord habituer son corps aux conditions climatiques. Votre corps réagit différemment. Si vous mettez la main dans l'eau chaude, elle va vous paraître parfois tiède. Et si vous mettez votre coude dans l'eau chaude, elle vous paraît bouillante. Il faut que le corps s'habitue à tous ces événements-là pour pouvoir commencer à rencontrer d'autres éléments, avant même les chevreuils." 

Apprendre à sélectionner sa nourriture : "Les chevreuils sont comme nous, ce sont des cueilleurs. Les cerfs, les biches, les vaches, les chevaux sont des brouteurs. Ils vont manger de grandes quantités d'herbe qui n'apportent pas grand chose à l'organisme, alors que les cueilleurs, eux, vont vraiment sélectionner leur nourriture. Les chevreuils en font partie. Donc, on va manger des orties, du plantain. On va sélectionner notre nourriture pour qu'elle ait le plus de tanin et d'éléments minéraux pour survivre."

Fragmenter son sommeil : "Il faut bien comprendre qu'il y a des saisonnalité dans la nature et qu'on ne peut pas dormir en été comme en hiver. Donc l'hiver, on va plutôt gratter le sol, enlever la litière végétale. On va aller récupérer des rameaux de sapin et essayer de se faire une espèce de petite couchette. On va prendre des fougères et les insérer entre les couches de pulls et on va faire des petits sommeils d'une heure maximum." 

Se familiariser avec les bruits ambiants : "Les premières nuits qu'on passe sont parfois effrayantes. On a les hiboux qui viennent se poser juste à côté de vous. Vous vous sentez une présence, mais vous ne voyez pas. Et souvent, ils ont cette particularité de devenir hululer juste à côté de vous, et ça vous fait vraiment sursauter."

Développer ses sens : "On connaît parfaitement nos territoires. C'est ce qu'on appelle un peu la kinesthésique. Quand vous vous levez la nuit et vous cherchez l'interrupteur, vous n'avez pas forcément besoin de chercher longtemps parce que votre corps sait exactement se repérer dans un espace qu'il connaît. La forêt, c'est pareil, sauf qu'il faut le développer à un plus grand niveau." 

La première rencontre

C'était avec un cerf se souvient Geoffroy Delorme : "J'étais dans la forêt, proche le la maison de mes parents. Je me suis engagé sur une espèce de petite coulée et il y avait une harde de cerfs que je n'avais pas vue, qui était certainement couchée. Et quand je suis arrivé ici, il s'est mis debout et j'étais à quelques mètres de lui. C'est un animal qui est très lourd et quand on en est proche, on sent la vibration du sol, c'est très impressionnant. Je me suis rendu compte qu'il était beaucoup plus curieux que moi. Il n'est pas parti en courant alors que c'est ce que moi mon instinct me disait et quand j'ai commencé à voir qu'il me reniflait. Il était loin, mais il humait l'air autour pour me reconnaître. Là, j'ai compris qu'en fait, sa curiosité était plus grande et que son environnement n'était pas dangereux." 

La rencontre avec le chevreuil viendra plus tard et c'est sur cet animal qu'il jettera son dévolu.

Le Grand Nord

Et en fin d’émission le philosophe Philippe Simay nous emmènera dans le grand nord canadien à l’occasion de la diffusion sur Arte du documentaire L’appel du grand nord.

L'appel du grand Nord sera disponible sur Arte Replay jusqu'au 22 avril 2021

Les archives sonores :

Joël Cornuault, écrivain - _Où s’évaporent les chevreuils quand ils s’en vont ?  _LSD, la série documentaire  France Culture : 01/01/2018 

Maurice Genevoix lit un extrait de son «  Tendre Bestiaire » En plein air - France Culture-  14/10/1968

« Qui a vu un chevreuil, à la lisière d'un bois, sauter un haut grillage pour aller viander dans un champ ne saurait oublier ce bond splendide, le col tendu, les genoux avant rassemblés jusqu'à presque toucher la gorge, l'ascension apparemment lente, prodigieusement aisée qui soulève en oblique le corps fauve, le repli brusque des pattes arrière au passer du fil barbelé, tandis qu'à

l'avant-train les pattes déjà se déploient et s'allongent pour recevoir — basculant, inversant vers la descente l'oblique du corps jusqu'alors ascendant — le poids de l'animal qui va reprendre terre. C'est un enchantement pour les yeux. La grâce, la force et l'efficacité touchent ici à leur perfection. Quel athlète qui puisse y atteindre ? La volonté, le cœur, l'intelligence, les dons physiques les plus rares ne rejoindront jamais cette naturelle et facile beauté....."  

Reportage dans la  Forêt domaniale de Haute-Meurthe  (Vosges)  à la recherche de coulée de gibier (avec Josèphe CHAPUIS DRILLON)

Espace éducation  France Culture  06/05/1996 

Jane Goodall Les noms qu'elle donne aux animaux. La personnalité et les émotions animales.  La marche des sciences  France Culture  14/07/2011 

Extrait "Le Petit Prince" d'Antoine de Saint Exupéry, avec Michel Roux (le serpent ) et Georges Poujouly (le Petit Prince) 

Le temps d'un bivouac vous recommande également :

  • "L’Iran vu du ciel"  : A travers ses personnages, ses vues aériennes uniques et l’accès à des monuments pour la première fois, la série dévoile l’autre visage de l’Iran.
  • Une série écrite et réalisée par Peter Latzko déjà disponible sur Arte TV

La programmation musicale 

  • Barbagallo - Debout 
  • King Gizzard & The Lizard Wizard - Straws in the wind 
  • Fleetwood Mac - Songbird 
Les invités
Programmation musicale
  • KING GIZZARDStraws in the wind (radio edit)2020
  • FLEETWOOD MAC
    FLEETWOOD MACSongbird2013
  • Barbagallo
    BarbagalloDebout2021
L'équipe
Thèmes associés