Nouvelle diffusion de deux bivouacs qui nous avaient fortement marqués. L'un avec le photographe Pierre de Vallombreuse qui sillonne la planète pour aller à la rencontre de peuples autochtones. L'autre en compagnie d'Eric Julien et de deux membres de la communauté des indiens Kogis.

Deux prêtres Kogi (Colombie)
Deux prêtres Kogi (Colombie) © Getty / Religious Images/UIG

Le photographe Pierre de Vallombreuse vit avec les peuples autochtones, Taw Batus des Philippines, Gwitchin du Grand Nord, Papous de Nouvelle-Guinée, il les a photographiés pour transmettre leur expérience et leur combat pour la liberté.

Pierre de Vallombreuse témoigne en images de la vie de peuples dont la culture, le mode d’appréhension du monde sont destinés à disparaître, Pierre Ichac, reporter de la Radio-Télévision Française (RTF) a enregistré en 1957 l’appel au lion qui permettait au peuple Goula de vivre en bonne intelligence avec la nature parfois hostile qui l’entourait.Le pays Goula, est situé au sud du Tchad dans la région de Salamat, à la frontière de la République de Centrafrique, aujourd’hui en guerre.Le récit de Pierre Ichac surgit des archives de l’INA pour témoigner d’un lien ancestral entre l’homme et la nature, que quelques dizaines d’années ont suffi à bouleverser.Archives INA :

  • « A propos de quelques mystères africains : Les hommes alliés aux lions » avec Pierre Ichac, au micro de Jean Amrouche (16/11/1957)
  • « Pierre Ichac, photographe de la faune africaine » avec Pierre Ichac, au micro de Philippe Dechartre (19/12/1947)

Puis nous écouterons deux membres de la communauté des indiens Kogis, les derniers descendants d’une civilisation précolombienne : Rose Gabriel Linaco et Arrgoce Conchala

Les Kogis vivent au nord de la Colombie, dans le massif montagneux de la Sierra Nevada de Santa Marta.

Depuis l’arrivée des conquistadors ils sont poussés dans les montagnes. Les milices paramilitaires et les narcotrafiquants pillent leurs réserves alimentaires et leurs terres ancestrales. La déforestation a détruit 85% de la forêt composant leur territoire, considéré comme le cœur du monde par cette société se revendiquant gardienne de l’équilibre de la planète.

Ils seront accompagnés d’Eric Julien, géographe et spécialiste des Kogis. Il les rencontre en 1985, sauvé d’un œdème pulmonaire par leurs soins. Des années plus tard il crée une association, Tchendukua – Ici et Ailleurs , qui rachète et restitue les terres appartenant jadis aux Kogis. Un voyage qui confronte notre modernité à la tradition d’une société-racine : une réflexion sur notre monde et ses défis.

Pour aider les Kogis rendez vous sur le site de l'association Tchendukua – Ici et Ailleurs

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.