Il a grandi en république du Congo, étudié en France et depuis une vingtaine d'années, il enseigne aux Etats Unis. L'écrivain Alain Mabanckou nous racontera son Amérique, des Grands Lacs du Michigan aux plages de Californie

 Los Angeles, Californie, illustration du livre d'Alain Mabanckou, "Rumeurs d’Amérique" (Plon)
Los Angeles, Californie, illustration du livre d'Alain Mabanckou, "Rumeurs d’Amérique" (Plon) © Getty / Peter Stark

Notre premier invité : Alain Mabanckou

Il raconte dans Rumeurs d'Amérique, un périple personnel et subjectif entre la petite histoire et la grande. Entre anecdotes et analyses, il raconte son Amérique, du Michigan à la Californie, sans jamais perdre de vue sa ville d'adoption, Paris, et sa ville natale, Pointe-Noire, en République du Congo.

Alain Mabanckou relate ce qui l'a conduit dans l'Etat du Michigan : au début des années 2000, il vient d'écrire son deuxième livre Dieu seul sait comment je dors (après son premier ouvrage, Bleu Blanc Rouge aux éditions Présence africaine). Des professeurs, entendant l'écho de cette littérature, lui proposent de venir faire une résidence d'écrivains, à l'université du Michigan, à Ann Arbor. 

J'ai toujours prêché la philosophie de l'oiseau migrateur.

L'écrivain raconte ensuite cette impression de platitude qui l'assaille alors qu'il arrive à Ann Arbor, ville située à 45 minutes de Detroit, dans laquelle se trouve l'université du Michigan, réputée pour ses départements d'histoire et de sociologie, notamment. Il explique avoir gardé en mémoire ces territoires traversés par les Grands Lacs : "On sent que pèse, sur l'État et même sur la ville, ce sentiment du voyage, du lointain. Parce que, quand vous avez un cours d'eau qui serpente, vous vous demandez 'où va ce cours d'eau ?'. C'est une ville serpentaire, comme on disait à cette époque en congolais, c'est-à-dire qu'on avait l'impression qu'on vivait autour des serpents à cause de la multitude des lacs".

L'ailleurs a toujours été inscrit dans ma dimension esthétique.

Mais qu'est-ce qui lui a fait céder aux sirènes de l'ailleurs ? Daniel Fiévet s'interroge face à Alain Mabanckou : "Je pense que je me donne plus de chances de changer l'homme que je suis en allant me fricoter aux autres cultures. Quand j'écris, je n'écris pas que pour la case de mon père. Je veux donner des nouvelles de ma petite case au monde entier". Ces sirènes de l'ailleurs, elles l'ont appelé dès sa jeunesse, qu'il passe à Pointe-Noire au Congo : "L'océan Atlantique, c'est l'océan qui a vu partir des vagues d'Africains vers le commerce atlantique. Donc, quand vous êtes en face de cet océan Atlantique, vous sentez qu'il y a la pulsation même des ancêtres autour de la mer et dans la mer. Nous avons toujours pensé que si l'océan Atlantique était salé, c'était parce que les gens qu'on avait pris et mis en esclavage pleuraient tellement que leurs larmes avaient fini par saler la mer. Donc, l'eau de la mer que nous ne voulons pas boire, c'est parce que nous ne voulons pas boire les larmes de nos propres ancêtres. Donc, quand vous êtes en face, ça vous incite au voyage".

L'écrivain raconte son départ pour la France en 1989, et le choc face à la capitale. Il détaille également le road-trip qu'il a réalisé aux Etats-Unis, en diagonale, c'est-à-dire du nord-est, partant du grand froid, au sud-ouest à Santa Monica. Cette dernière lui a rappelé sa ville natale Pointe-Noire, à cause du soleil, des cocotiers et à cause de ce nom "Santa Monica". C'est le nom d'une déesse berbère. Ce qui, pour l'écrivain, est comme un petit morceau d'Afrique. Il y a vécu pendant 14 ans. 

Ecoutez la suite des récits de voyages d'Alain Mabanckou.

A lire : Rumeurs d’Amérique, Alain Mabanckou, Plon 

Direction le Groenland avec Roxane Terramorsi, la chanteuse du groupe Archibald

C’est une odyssée au cœur des mythes et légendes polaires, née d’une incroyable résidence d’artiste vécue par Roxane Terramorsi, en plein milieu de l’Arctique, qui a donné vie au nouvel opus d’Archibald Out of Sight, promenade enchantée qui nous entraîne à la découverte de quelques histoires fantastiques inscrites dans la culture inuit.

  • Le site du groupe Archibald  
  • Pour écouter l'album Out of Sight, c'est ici 

Pour prolonger l’expérience, le clip Lady Cairn tourné au Groenland exclusivement dans les paysages arctiques 

Reportage photo et impressions collectées au Groenland entre le 14 février et le 14 mars 2019, dans le cadre de la résidence d'artistes « Artistes en Arctique » effectuée sur Le Manguier ».
Reportage photo et impressions collectées au Groenland entre le 14 février et le 14 mars 2019, dans le cadre de la résidence d'artistes « Artistes en Arctique » effectuée sur Le Manguier ». / Roxane Terramorsi.

Pendant un mois en 2019, Roxanne Terramorsi a vécu à bord d’un petit bateau prisonnier de la banquise au-delà du cercle polaire.

Reportage photo et impressions collectées au Groenland entre le 14 février et le 14 mars 2019, dans le cadre de la résidence d'artistes « Artistes en Arctique » effectuée sur Le Manguier ».
Reportage photo et impressions collectées au Groenland entre le 14 février et le 14 mars 2019, dans le cadre de la résidence d'artistes « Artistes en Arctique » effectuée sur Le Manguier ». / Roxane Terramorsi.
  • Découvrez le reportage photo de Roxanne Terramorsi  au Groenland 
  • Le blog de la résidence et le catalogue d’artiste 2019 pour tout savoir du Manguier

Les extraits sonores diffusés

  • Aleksandar Hemon, romancier, à propos du Lac Michigan dans Villes-Mondes, le 25/10/2015 sur France Culture
  • David L. Ulin, écrivain, ancien journaliste du Los Angeles Times, parcourt LA depuis des années à pieds : la dualité de la ville dans Villes-Mondes sur France Culture, le 24/04/2016   
  • Pia Petersen, écrivaine, amie d’Alain Mabanckou revient sur sa vision de Los Angeles dans Remède à la mélancolie sur France Inter, le 07/08/2014 
  • Emile Biayenda, musicien et fondateur du groupe "Les Tambours de Brazza" : Pointe Noire dans L'Afrique enchantée sur France Inter, le 25/07/2007  ​
  • Reportage sur la sape à Brazaville dans Invitation au voyage sur Arte en 2019 

La programmation musicale 

  • Benjamin Biolay, Comme une voiture volée 
  • Anderson Paak, Lockdown 
  • Nina Simone, Save Me
Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.