Cicéron c'était au Ier siècle avant notre ère mais ce n'est pas si loin. On attendait de la parole qu'elle lie, comme une aiguille, la subtilité des dialecticiens, la langue des poètes, la mémoire des jurisconsultes.

"Cicéron dénonce Catilina" fresque de Cesare Maccari au Palazzo Madama à Rome
"Cicéron dénonce Catilina" fresque de Cesare Maccari au Palazzo Madama à Rome © Getty / DEA PICTURE LIBRARY

-Détendez-vous, Jean, la posture est très importante dans les exercices oraux que vous allez devoir affronter. Le premier va durer à peine cinq minutes : vous êtes si nombreux à devoir passer ce Grand Oral du bac d'ici le 2 juillet. Dans les spécialités qu'ils ont choisies, vos camarades ont planché par exemple sur ces thèmes : « L'espace sera-t-il de plus en plus militarisé ? » ou «L’hypnose sera-t-elle un outil de soin ». Ou encore, en histoire : « La crise de 1929 a-t-elle modifié le rêve américain » ? Et vous, ce sera...

Eh bien... Aujourd'hui, comme à Rome, la parole doit-elle revenir au centre de l’éducation ?

-En clair, Jean-Michel Blanquer a-t-il raison de s'inscrire dans les pas de Cicéron...

Cicéron c'était au Ier siècle avant notre ère mais ce n'est pas si loin.

Se posait déjà la question de l'éclatement des savoirs. On attendait de la parole qu'elle lie, comme une aiguille qui va dans un sens ou dans l'autre, la subtilité des dialecticiens, la langue des poètes, la mémoire des jurisconsultes. Il y fallait pour cela la pensée des philosophes. A ce sujet, Jean-Michel Blanquer aurait tort de banaliser l'épreuve de philo, elle est le pendant du Grand Oral : « Sans philosophie, répétait Cicéron, il n'est pas d'homme éloquent. »

-Notre rédactrice en chef Sara Ghibaudo vous prie de bien parler dans le micro. 

Elle a toujours raison. L'éloquence passe par le corps, jusque dans la dernière phalange du doigt. Jusque dans la manière de faire bailler sa toge. Aujourd'hui nous parlons masqués mais il reste les yeux. Et les muscles et le souffle. L'art oratoire, c'est comme la balistique, il faut projeter la parole. Au plus loin.

-Ce n'est pas un hasard si les rappeurs vous sont donnés en exemple à vous autres candidats. Leur parole est énergique.

Et chacun d'entre eux prouve qu'il n'est pas besoin d'être né privilégié pour devenir un maitre de la parole. Cicéron lui-même n'était certes pas issu d'une famille pauvre mais il n'était pas riche non plus. La force et la détermination ont suppléé à son handicap social. C'est le courage qui comptait pour affronter, en 70 avant notre ère, le fameux Verres, procurateur corrompu de Sicile. Apprenez que Barack Obama qui, lui aussi, venait de la périphérie, a été surnommé Marcus Tullius Obama. Notez cette force supplémentaire de Marcus Tullius Cicéron : il n'a pas voulu changer son nom alors qu'il suscitait des plaisanteries : Cicer signifie pois chiche.

-Il est bon pour les candidats, à l'époque de Jean-Michel Blanquer, d'afficher des vertus républicaines. Cicéron n'en manquait pas.

C'est même là où les vertus républicaines étaient sensées se tenir qu'il s'était établi. Dans les fonctions électives qui demandaient de la loyauté. Au Sénat aussi. Hélas il était trop tard : il arrivait quand s'éteignait la République. Pompée, César, Antoine pratiquaient davantage les valeurs militaires. Les sénateurs étaient pleutres. L'argent corrompait tout. Les populares l'emportaient sur les optimates.

-Jean-Michel Blanquer a recommandé la bienveillance pour ceux qui ne savaient pas le latin. 

Quant aux Communes, Churchill se présentait comme le primus inter pares, les travaillistes criaient « Traduisez ». Il répondait alors : « J'avais oublié que vous veniez d'Eton. » Eton, c'est l'école la plus snob qui soit. Rien de plus chic que de vouloir paraitre ignorant. Les optimates c'étaient ceux qui se considéraient comme les meilleurs !

Et sachez, monsieur l'examinateur, que l'éloquence a peu à voir avec la bienveillance. Ce n'est pas une technique qu'on apprend dans un groupe de coaching, j'allais dire dans un atelier de rhéteurs. Elle se tient à l'articulation de tous les savoirs, au cœur de l'homme. Elle fait risquer la mort. Il est arrivé à Cicéron d'être exilé pour ce qu'il avait dit, aqua et igni - je traduis : il était interdit de lui donner de l'eau et du feu. Surtout il a été assassiné en 43. La gorge d'où venait sa voix tranchée par un centurion. Sa tête et ses mains - l'éloquence jusqu'à la dernière phalange - exposées au Forum. Et Fulvie la femme d’Antoine a eu ce geste effroyable : elle a transpercé la langue de l'orateur de son poinçon en or.

Je me demande, monsieur l'examinateur, si l'éloquence n'est pas une chose trop sérieuse pour vous être laissée sans surveillance un jour de bac.

La collection Tel chez Gallimard vient de publier « L'invention de l'orateur » avec beaucoup de textes de Cicéron, traduits et présentés par Patrice Soler

Contact