Les autorités catholiques et protestantes disent, du plus haut qu'elles peuvent, leur hostilité au projet de loi dit anti-séparatiste actuellement en discussion à l'Assemblée. Ce que défendent les autorités protestantes, c'est la liberté de l'exercice de leur culte, comme par le passé, sans ingérences.

Le Nouveau Temple protestant à Metz
Le Nouveau Temple protestant à Metz © Getty / Arterra

-Les autorités catholiques et protestantes disent, du plus haut qu'elles peuvent, leur hostilité au projet de loi dit anti-séparatiste actuellement en discussion à l'Assemblée.

Les protestants auront toujours du mal à se dire d'accord avec les autorités catholiques mais en effet, les uns et les autres affirment ensemble que : 

-un, les chrétiens peuvent intervenir en tant que tels dans l'espace public et n'ont pas à être assignés à l'espace privé.

-et deux, que s'ils respectent les institutions, leur conscience prime néanmoins. Il est dit dans le Nouveau Testament qu'il faut rendre à César ce qui est à César mais il est aussi dit qu'il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

-Le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly, va très loin, il affirme que c'est la première fois que la République déçoit ainsi ses fidèles.

Les tenants de la France catholique disent que l'islamisme politique mais aussi la réaction laïciste qu'il met en mouvement contredisent l'histoire française dans sa totalité. Les protestants n'ont que faire de la tradition d'Ancien Régime qui les a persécutés. L'idée de Réforme permanente qui prévalait chez eux les avait déjà acclimatés à la Révolution à laquelle ils ont été nombreux à participer. Plus tard, ils ont accepté et promu la Séparation des Eglises et de l'Etat. Alors que la hiérarchie catholique refusait les associations cultuelles que mettait en place la loi de 1905 ils en ont fait le choix. 4000 paroisses sont organisées ainsi. Or la nouvelle loi entend surveiller davantage ces associations cultuelles au motif que les mosquées peuvent les choisir aussi.

-Ce que défendent les autorités protestantes, c'est la liberté de l'exercice de leur culte, comme par le passé, sans ingérences.

Le souvenir me revient d'une grande figure du protestantisme, le doyen Carbonnier. Il a encouragé la laïcisation de la société, en préparant la transformation du droit de la famille - il y a eu beaucoup de féministes dans le protestantisme. Mais Carbonnier était aussi le conservateur du Musée du désert, à Mialet dans les Cévennes, un des plus beaux endroits de l'histoire de France, où est défendue la mémoire des cultes clandestins d'autrefois et conservée la liste des martyrs envoyés aux galères pour avoir continué à se réunir. Toucher à cette mémoire ne peut se faire que d'une main tremblante.

-S'il y a bien des croyants en France pour qui se pose la question des lieux de culte, ce sont les évangéliques qui se disent les plus discriminés.

Les évangéliques sont maintenant à peu près aussi nombreux que les luthériens et les calvinistes de vieille origine. La Fédération protestante englobe une grande partie d'entre eux. Elle entend les défendre. Le Musée du Désert, pour en revenir à lui, rappelle le souvenir des prophètes camisards. L'histoire du protestantisme est une suite de mouvements de Réveil, énigmatiques pour les esprits les plus rationalistes mais que le protestantisme ne peut considérer comme des séparatismes. 

-Les protestants ont souvent comparé les attaques à leur endroit en faisant l'analogie avec l'antisémitisme. Une alliance historique les réunit d'ailleurs.

Ou les réunissait, avant cette loi.

La proximité des protestants et des juifs a été largement vérifiée pendant la Seconde Guerre. Un Juste français sur 10 est un protestant. Dans les Cévennes, on dit encore "Nous devions le faire, nous l'avons fait, c'est tout". En Haute-Loire, le fameux Chambon sur Lignon est devenue "la paroisse sur la montagne". Ses pasteurs qui ont échappé par miracle à la déportation prêchaient, notons-le en passant, l'objection de conscience et le pacifisme intégral - les autorités (et nombre de coreligionnaires aussi) les auraient volontiers traités de séparatistes.

Eh bien une fissure se produit aujourd'hui. Le grand rabbin de France, qui, lui, accepte la loi actuellement en discussion se dit surpris, je cite, de voir "les protestants grimper au plafond".

On devine les raisons qui motivent le grand rabbin pour approuver le projet de loi actuel mais que les juifs ne comprennent plus les raisons qui animent les protestants, c'est troublant.

Contact
Thèmes associés