La Septimanie va des Pyrénées au Rhône, reliée à l'Espagne wisigothe jusqu'à ce que les Arabes d'Al-Andalus venus aussi de l'autre côté des Pyrénées conquièrent Narbonne en 719. Elle devient un prolongement du vaste royaume omeyyade. Les témoignages écrits de cette Septimanie musulmane ne sont pas très nombreux.

Les Sarrazins quittant Narbonne en 759 - gravure de la "Cassell's Illustrated Universal History"
Les Sarrazins quittant Narbonne en 759 - gravure de la "Cassell's Illustrated Universal History" © Getty / Print Collector

-Voici venue la nouvelle lune qui annonce la fin du Ramadan et la fête de l'Aïd el fitr. C’est également aujourd’hui l’Ascension. Occasion de faire le point sur les premiers moments de la présence de l'Islam dans l'espace français. Présence vite contrariée. On a retenu le souvenir de la fameuse bataille de Poitiers en 732...

Vous faites bien d'utiliser avec prudence le mot d'espace français. Les historiens désignent par Francie la multiplicité des royaumes francs. A la fin des années 710 ils sont peu ou prou rassemblés sous la houlette d'un duc des Francs, Charles Martel. Plus au Sud, Eudes -qui n'est pas du tout son ami- est duc d'Aquitaine, capitale Toulouse. Les musulmans d'Al-Andalus vont d'abord s'intéresser à la Septimanie. 

Septimanie ? Il y a peu le président du Languedoc Roussillon, Georges Frêche, avait voulu nommer sa région Septimanie, un peu comme Renaud Muselier appelle PACA le Sud. La Septimanie, capitale Narbonne, va des Pyrénées au Rhône. Elle est reliée à l'Espagne wisigothe jusqu'à ce que les Arabes d'Al-Andalus venus aussi de l'autre côté des Pyrénées conquièrent Narbonne en 719. La Septimanie devient un prolongement extrême du vaste royaume omeyyade, capitale Cordoue.

Les témoignages écrits de cette Septimanie musulmane ne sont pas très nombreux ni les sources latines écrites mais l'archéologie commence à fournir de la documentation. En 2010, à Château-Roussillon près de Perpignan, on a découvert une série de sceaux en plomb venus de Narbonne et datables des années 720. Et en 2016 à Nîmes, trois sépultures d'hommes enterrés la tête dirigée vers La Mecque. Les premières sépultures musulmanes de notre histoire. Peut-être des soldats berbères enrôlés dans l'armée Omeyyade.

-Que sait-on de l'organisation de cette armée Omeyyade ?

C'est tout un débat où les idéologies tiennent plus que leur part.

Les uns disent que les musulmans, pour s'étendre, notamment dans le couloir rhodanien, formaient des colonnes avec femmes, enfants, chariots de vivres. Cela témoignerait d'intentions finalement pacifiques. Pas du tout, répondent les autres : l'intention d'un peuplement forcé s'en trouverait avérée.

Une preuve de la bonne volonté des musulmans serait fournie par le mariage de la fille d'Eudes d'Aquitaine, Lampégie, avec un musulman. Mais qu'est ce qui prouve ce mariage ? Et Eudes dominé par les musulmans n'y a-t-il pas été contraint ? Et l'époux musulman était gouverneur de Catalogne mais dissident des Omeyyades n'a-t-il pas fini exécuté et Lampégie expédiée dans un harem ?

En tout cas, en 732, les musulmans pratiquent de nouveau la politique de l'expédition lointaine. Déjà plus forts qu'Eudes en Aquitaine, ils veulent gagner l'abbaye de Tours réputée pour ses richesses. Mais Charles Martel, le duc des Francs, à la tête d'une armée très composite, les arrête non loin de Poitiers. Sa victoire lui offre l'occasion de pénétrer ensuite en Aquitaine. A la suite d'une deuxième série de coups de boutoir, les villes sarrasines tombent les unes après les autres ! Nîmes, Agde, Béziers, Maguelonne. Et Narbonne elle-même en 759.

-La Septimanie musulmane a donc duré une quarantaine d'années. Mais il est une autre implantation, presqu'ile de Saint-Tropez.

Quelque cent ans plus tard, dans la deuxième moitié du IXème siècle. Et il ne s'agit pas d'une initiative de Cordoue passée entretemps des Omeyyades aux Abbassides. Quelques dizaines de marins Sarrazins s'emparent d'eux-mêmes d'une zone mi maritime mi montagneuse à Saint-Tropez. Ils y établissent non pas une colonie de peuplement mais une base dirigée par un simple caïd avec un territoire agricole autosuffisant, un havre d'où faire appareiller des bateaux de course et des chevaux pour lancer des raids terrestres jusqu'aux cols alpins.

Les archéologues ont retrouvé, au large, des épaves riches de mobilier et d'objets abondants, d'origine andalouse et datés du milieu du Xème.

C'est peu après que les Sarrazins de Saint-Tropez sont éliminés. On sait ce qui a déclenché leur fin grâce la chronique de l'abbé Odilon de Cluny. Il raconte qu'en 972 son prédécesseur Maieul, en voyage d'inspection de son ordre, fut capturé par eux. Affligé de chaines, de faim et de froid, il fut échangé contre une rançon. L'affaire détermina le comte de Provence à une expédition punitive - et définitive.

L'abbé chroniqueur fait le rapprochement entre les musulmans et les loups Il était temps, dit-il d'arracher, par la force, aux loups les âmes des chrétiens.

-La France méridionale regorge de "vestiges" sarrazins qui semblent hors de proportion avec leur présence, fugace.

En effet, on ne compte pas les tours, les murailles, les castels, les toponymes, les patronymes que l'imaginaire populaire attribue aux Sarrazins. Ils sont à cet égard les cousins de Roland, Charlemagne, Mélusine, personnages très chrétiens. D’hostiles, ils sont devenus avec le temps des... familiers.

Contact