Les virus ne sont pas tous nos ennemis, certains vivent sans tuer les êtres vivants qui les hébergent, et sont même favorables à leur hôte.

Bactérie de la tuberculose.
Bactérie de la tuberculose. © Getty / KATERYNA KON/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Nous en parlons avec Marc-André Selosse, biologiste, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, il est l'auteur de « Jamais seul. Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations » chez Actes Sud.

5 à 8 % de notre patrimoine génétique provient de l’intégration de fragments de virus acquis au cours de l’évolution. Certains sont présents depuis des millions d’années dans le génome des animaux, des plantes, des bactéries, et des champignons.

Les virus nous ont permis de développer des fonctions célullaires très bénéfiques comme la frabication du placenta, ils nous servent aussi dans le domaine de la santé pour la fabrication de vaccins ou encore pour lutter contre la résistance aux antibiotiques avec la phagothérapie, un traitement qui utilise les virus contre certaines bactéries.

Au fur et à mesure que l'on commence à creuser la diversité des virus, on découvre de très nombreuses autres familles qui ne sont pas connues elles, pour donner des maladies, mais illustrent cette grande loi du vivant : 

" Le choses existent, elles ne sont ni bonnes ni mauvaises "

Pour aller plus loin : 

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC @LaTacfi sur Twitter, et @laterreaucarre sur Instagram et par téléphone au 01 45 24 7000.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.