Le SARS-CoV-2 se propage dans les gouttelettes issues des postillons, des éternuements, ou de la toux et par contact avec des objets contaminés par une personne malade. Mais on connaît encore mal ce nouveau virus, il est difficile de savoir combien de temps il peut survivre et rester infectieux.

La propagation des virus
La propagation des virus © Getty / AegeanBlue

Nous en parlons avec Jean-Claude Manuguerra, virologue, responsable de la Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence à l’Institut Pasteur. Il est notamment co-auteur de Les Virus émergents (Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?).

Le coronavirus survit plus longtemps sur des surfaces dures, comme le verre et le plastique ou du carton plastifié que sur des matériaux poreux comme le carton brut, en revanche, le virus a tendance à pénétrer dans la matière et il reste donc moins mobilisable par simple contact. Toute la question est de savoir combien du temps un virus déposé sur un objet reste viable et contaminant pour la personne qui le touche. Car un virus dégradé, par exemple si son enveloppe est endommagé, peut perdre son caractère infectieux.

Selon Jean-Claude Manuguerra, le masque n’empêche pas une personne non malade d’être contaminé par le virus; il réduit ce que rejettent les gens malades et le risque qu’ils contaminent d’autres personnes. Si tout le monde portait un masque, cela réduirait forcément la durée de l’épidémie. Mais dès qu’un masque, quel qu’il soit, devient humide, il faut le remplacer, car il ne joue plus correctement son rôle de barrière.

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC @LaTacfi sur Twitter, et @laterreaucarre sur Instagram et par téléphone au 01 45 24 7000.

Les invités
  • Jean-Claude ManuguerraVirologue vétérinaire et directeur de la Cellule d’intervention biologique d’urgence de l’Institut Pasteur
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.