Cauchemars, sommeil agité... Pourquoi dormons-nous si mal en confinement ? Dans le contexte de l’épidémie du Covid-19, il est nécessaire de rappeler le rôle fondamental du sommeil pour notre santé et son effet protecteur pour l’immunité.

Notre sommeil mis à l'épreuve en temps de Coronavirus
Notre sommeil mis à l'épreuve en temps de Coronavirus © Getty / PhotoAlto/Frederic Cirou

Nous en parlons avec Marc Rey, neurologue, spécialiste du sommeil et Président de l'INSV, l’Institut national du Sommeil et de la Vigilance  

Qu'est ce qui change en confinement ?

Habituellement nous ne réfléchissons absolument pas à notre rythme veille / sommeil. Vous vous levez le matin et vous partez au boulot : vous n’avez pas à réfléchir « est-ce que je vais me lever ou pas ? ». Un des problèmes actuellement pour certains, c’est que du fait du confinement, on n’est pas obligés de se lever, on n’a pas d’obligations, de « sablier ». Donc on va perdre progressivement son rythme veille / sommeil. Notre veille va se dégrader : on sera somnolent dans la journée, on aura du mal à émerger le matin et a nuit notre sommeil sera d’autant moins bon sur notre veille aura été altérée.

Mais quand on a des enfants, il faut bien se lever !

C’est pour cela qu’il faut apprendre aux enfants à garder un rythme. Ils ont habituellement un rythme scolaire : le matin on se prépare, on est parfois en retard, on doit aller à l’école. Là, il n’y a aucune raison. Chacun risque de se retrouver dans sa bulle, à ne pas bénéficier de l’ensoleillement, de l’ouverture des fenêtres et chacun risque de traîner au lit. Ce qui est préjudiciable pour la nuit suivante.

Le rythme est nécessaire pour tout le monde, mais doit être adapté à chacun

Tout le monde n’a pas le même rythme. Les adolescents par exemple ont tendance à se coucher et se lever plus tard. Ça n’est pas très grave, à condition de ne pas totalement inverser la journée, et ne pas basculer le jour sur la nuit. Sinon, ce sera très compliqué à la sortie du confinement.

A quoi sert le sommeil ?

Le sommeil, d’un point de vue psychique, sert à consolider ce qu’on a appris dans la journée, réorganiser les informations, les trier. Pendant notre sommeil, le cerveau travaille et « fait le ménage », ce qui permet de restaurer notre capacité de concentration et de mémorisation le jour suivant.

Son influence sur notre système immunitaire ?

Une bonne qualité de sommeil est essentielle. Les personnes qui sont en privation chronique de sommeil sont beaucoup plus sensibles aux infections. Il est important de bien dormir pour avoir un système immunitaire efficient.

La période semble associée à des rêves, plus nombreux pour certains, plus agités pour d’autres.

Il y a beaucoup plus de rêves en ce moment. Il y a plusieurs explications. La première est la plus simple : on a tendance en confinement à se lever plus tard que d’habitude, et les rêves apparaissent à chaque cycle de sommeil, mais ils sont d’autant plus longs qu’on se rapproche de la matinée. Les rêves de fin de nuit sont plus longs, et plus riches. D’autre part, ces rêves sont plus marquants du fait du stress lié au confinement, aux images télévisuelles qui sont souvent dramatiques et anxiogènes. Les rêves sont plus marqués négativement, ce seront des cauchemars et à notre réveil on les mémorisera de façon plus importante.

En ce qui concerne le temps d’écrans, dont on sait qu’ils ont un effet délétère sur le sommeil. Il ne s’agit pas tant de ne pas augmenter le temps d’écran habituel, mais surtout de le redistribuer dans la journée. Il faut au moins une heure d’arrêt d’écran avant d’aller se coucher. Pour les enfants, supprimer les écrans à partir de 19h. 

Et la sieste ?

Un court épisode de lâcher prise, d’une vingtaine de minutes, une courte sieste en début d’après-midi ne sera pas préjudiciable pour ceux qui ont passé une bonne nuit, mais se sont levés tôt. Si vous avez passé une mauvaise nuit, faites une sieste plus longue, une heure, pour ne pas rester en déficit de sommeil.

(le reste à écouter...)

Réagissez, commentez et posez vos questions sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l'émission, #LaTAC @LaTacfi sur Twitter, et @laterreaucarre sur Instagram et par téléphone au 01 45 24 7000.

Les invités
  • Marc Reyneurologue, spécialiste du sommeil
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.