Au suje de l'accueil des migrants et des mesures européennes prises après les naufrages en Méditerranée, voici ce qu'en disait le député socialiste Benoit Hamon sur i> télé le 23 avril dernier :

En Allemagne, il y a eu 200 000 demandes d'asile en 2014, 40% ont été acceptées. En France, il y a eu 60 000 demandes d'asiles, 20% ont été acceptées. Ce qui montre que nous ne sommes pas le grand pays généreux que l'on pourrait croire.

Selon Benoît Hamon, 40% des demandes d'asile ont été acceptées en Allemagne. Vrai ou c'est faux?

Plutôt vrai si l'on s'en tient strictement aux statistiques européennes d'Eurostat. Benoît Hamon dit juste : en Allemagne, les demandes d'asile représentaient en 2014 : 202.000.

La même année, la France n'a reçu que 62 000 demandes d'asiles, 3 fois moins que l'Allemagne . Si l'on regarde le taux moyen de réponse, toujours selon Eurostat, l'Allemagne est assez proche de la moyenne européenne, puisqu'elle accorde le statut de réfugiés dans 40% des cas, alors qu'en France, l'OFPRA, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, a rendu en première instance seulement 20% de réponses positives.

2vacuation de demandeurs d'asile albanais qui vivaient sous un pont
2vacuation de demandeurs d'asile albanais qui vivaient sous un pont © MaxPPP//Le Progrès/Joël Philippon

20% de réponses positives en France, c'est finalement assez loin de la moyenne européenne. Mais ce que dit Benoit Hamon n'est pas complètement vrai, car il faut manier les statistiques de l'asile avec prudence : on ne compare pas forcément les mêmes choses d'un pays à l'autre.

Par exemple en France, seuls les chiffres de l'asile, les chiffres de l'OFPRA (de l’asile) sont comptabilisés,

Ce n'est pas le cas en Allemagne, où les statistiques englobent à la fois le statut de réfugié, qui relève de la convention de Genève, mais aussi ce qu'on appelle « les séjours pour raisons humanitaires », les régularisations de sans-papiers pour raisons de santé.

Deuxièmement, la réponse dépend aussi de la nationalité des demandeurs. Or cette nationalité varie fortement d'un pays à l'autre. La première nationalité accueillie en Allemagne ce sont les Syriens, beaucoup moins présents chez nous, rappelle Pascal Brice, directeur de l'OFPRA :

32 sec

Le cinq sept 2013 - SON Pascal Brice Vrai faux europe

Ajoutons que ce taux de réponses positives augmente en France : en 2013, il était de 24%, il est de 28% en 2014.

Benoit Hamon affirmait aussi sur i> télé que la France n’est pas le pays généreux que l'on pourrait croire. Vrai ou faux?

En fait, la France n'est pas le pays le moins généreux, mais pas forcément le plus généreux non plus, car au final si l'on ramène les chiffres d'Eurostat à la population, le nombre de réfugiés pèse plus lourd dans un pays comme la Suède, premier pays d'asile en Europe, la Hongrie, l'Autriche.

Si l'on tient compte de sa population, la France, elle, n'est que le 13ème pays d'accueil à peu de choses près, dans la moyenne européenne.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.